Les étudiants de l’Université Laval se positionnent également dans l’échiquier de la lutte étudiante. Les associations de philosophie et d’anthropologie ont tenu leur vote de grève sur le sujet et seront de la partie au square Victoria à Montréal le 31 mars. 

Selon Paul-Émile Auger, coordonnateur général de l’Association des étudiants en sciences sociales de l’Université Laval (AÉSS), au minimum une centaine d’étudiants lavallois seront présents. Des autobus seront mobilisés pour la journée et partiront en matinée le jour de la manifestation.

Ailleurs, la manifestation nationale semble aussi créer un engouement. L’Association générale des étudiants de l’Université du Québec à Trois-Rivière (AGEUQTR) représentant 8000 membres a voté en faveur de la grève mercredi dernier. Toutefois, on ne sait toujours pas combien de personnes seront présentes à Montréal. «Nous tiendrons une autre assemblée mercredi pour savoir qui veut monter à Montréal et sur la manière dont nous allons nous mobiliser pour la lutte contre la hausse», a dit Frédéric Déru, président de l’AGEUQTR.

À Sherbrooke, ce sont les 3000 étudiants de la Faculté des lettres et sciences humaines qui débrayeront jeudi prochain. C’est toutefois seulement 250 étudiants ayant utilisé leur droit de vote qui ont pris cette décision. «Il y a eu peu d’opposition lors de l’assemblée et le vote s’est terminé avec 70% des gens en faveur de la grève», a affirmé Marie-Ève Desroches, responsable aux relations campus et affaires environnementales à l'Association générale étudiante de la faculté des lettres et des sciences humaines (AGEFLESH).

Les membres de l’AGEFLESH se joindront à l’association des sciences de l’Université de Shebrooke et au cégep de Sherbrooke pour connaître le nombre exact d’étudiants qui se rendront à Montréal. «Pour le moment, nous avons réservé trois autobus, mais avec le vote du cégep, on en aura plus», explique Mme Desroches.

La Fédération étudiante universitaire du Québec (FEUQ) n’a pas été invitée officiellement à participer à la manifestation, mais Mathieu Oligny, vice-président aux affaires sociopolitiques, confirme que certaines associations affiliées à la FEUQ seront présentes ce jeudi.

«L’ASSÉ et la FECQ ont eu des discussions à ce sujet où on a pu comprendre que les deux fédérations étaient les bienvenues le 31 mars», a souligné M. Oligny. Toutefois, celui-ci précisé que la FEUQ a déjà planifié sa manifestation pour le 3 avril à Boucherville, où aura lieu un colloque libéral. 

Le débrayage étudiant de jeudi a été adopté par un peu plus de 20 000 étudiants jusqu’à maintenant. D’autres votes sont attendus au courant de la semaine. Nous saurons aujourd’hui le résultat pour les secteurs des sciences et des communications de l’UQAM.

Dès mercredi, le cégep Marie-Victorin et le collège Lionel-Groulx sauront eux aussi s’ils seront en grève pour la journée de la manifestation nationale à Montréal.