Trois associations étudiantes de l’Université Laval se sont prononcées en faveur d’une levée de cours le jeudi 3 avril pour permettre à leurs membres de participer à la manifestation nationale contre l’austérité organisée par l’Association pour une solidarité syndicale étudiante (ASSÉ).

Dominique Lelièvre @dmnq

Les étudiants membres du Regroupement des étudiants et étudiantes en sociologie de l’Université Laval (RÉSUL), de l’Association des chercheuses et chercheurs étudiants en sociologie (ACCES) et de l’Association générale des étudiantes et étudiants prégradué(e)s en philosophie (AGEEPP) ne se présenteront donc pas à leurs cours ce jeudi.

Ces associations représentent environ 450 étudiants. Elles répondent ainsi à l’appel lancé par l’ASSÉ en février dernier après que le gouvernement péquiste ait présenté un budget prévoyant des compressions dans les dépenses de l’État et une hausse de plusieurs tarifs.

L’ASSÉ plaide que le remboursement de la dette du Québec ne doit pas se faire aux dépens de la classe moyenne. Elle dénonce les hausses de tarifs tels que l’hydroélectricité, les frais de scolarité et de garderie, ou encore les coupures à l’aide sociale annoncées au printemps 2013 par le gouvernement.

Hind Fazazi, présidente de l’AGEEPP, explique que les mesures d’austérité « ne font que baisser la qualité de vie des ménages, des étudiants, des gens dans la société civile » alors « qu’il y aurait d’autres moyens [pour rembourser la dette], par exemple avec une fiscalité plus progressive ».

« Il y a des gens qui, plus que d’autres, ont les moyens de financer les services publics, qui leur reviendraient par ailleurs, mais qui reviendraient aussi aux couches plus défavorisées de la société : les femmes, les étudiants, les personnes les moins nanties », précise-t-elle.

Des alternatives

Comme alternative aux mesures d’austérité, l’ASSÉ propose d’ajouter des paliers d’imposition pour diminuer la charge des ménages à faibles revenus et de la classe moyenne, tout en augmentant celle des plus riches, particulièrement ceux dont le revenu excède 100 000$. Cette mesure permettrait de récupérer 1 milliard de dollars.

L’ASSÉ estime que le gouvernement pourrait également percevoir 600 millions de dollars en rétablissant la taxe sur le capital des entreprises et des institutions financières.

La manifestation nationale se tiendra le jeudi 3 avril, à 14h, à la Place Émilie-Gamelin, à Montréal. Au moment d’écrire ces lignes, une dizaine d’associations étudiantes cégépiennes et universitaires représentant quelque 39 000 membres avaient obtenu un mandat de grève au Québec.

Manifestation dans les rues de Québec

Le mouvement de protestation contre l’austérité s’est transporté dans les rues du Vieux-Québec le 28 mars dernier. Une centaine de personnes ont déambulé dans la rue Saint-Jean, puis devant l’Assemblée nationale, à l’occasion d’une manifestation organisée par la Coalition pour la justice sociale de Québec et de Chaudière-Appalaches.

La Coalition souhaite ainsi envoyer un message clair aux candidats et candidates pour l’élection provinciale en cours. « Peu importe le parti politique qui formera le prochain gouvernement, le message doit être entendu et compris. Il doit se traduire en engagements clairs qui se concrétisent une fois les élections terminées », a déclaré son porte-parole, Justin Moisan.