Ah, le début du mois de décembre. Cette période de l’année où l’hiver frappe à nos portes et où le temps des fêtes approche à grands pas. En tant qu’étudiant, un obstacle nous empêche d’en profiter pleinement: la période d’examens de fin de session.

Ça ne touche pas tout le monde. Certaines personnes ont des habitudes de travail si irréprochables qu’elles sont en contrôle de leur agenda jusqu’au dernier jour. En parcourant mon fil d’actualité Facebook dans les derniers jours, j’ai toutefois réalisé que plusieurs partagent le virus de la procrastination. Présent à longueur d’année, ses effets se font plus particulièrement sentir à deux moments. Nous voilà à l’un d’eux.

Sur la page Spotted : Université Laval, une publication présente la photo d’une personne. Autour d’elle, on peut lire ce message. « Aujourd’hui, je me suis dit : Bastien il faut que tu commences à étudier pour tes examens… Mais malheureusement, je ne m’appelle pas Bastien. » Son contenu se veut d’abord et avant tout humoristique. Au-delà des mots, la publication est assez représentative de la réalité. Comme le veut l’expression: « faites ce que je dis, mais pas ce que je fais ».

Où est le remède?

Maintenant, comment peut-on combattre la procrastination? Une petite recherche sur Internet nous amène sur le site du Centre d’aide aux étudiants de l’Université Laval. Une recette très simple y est proposée. D’abord, prendre conscience de la raison à la base du problème. Ensuite, se fixer des objectifs réalistes. Puis, s’offrir une récompense lors de leur atteinte.

Ça vaut le coup d’essayer. Toutefois, en réalité, cette méthode est plus compliquée à appliquer qu’elle en a l’air. À ce temps-ci de l’année, les distractions sont parfois trop nombreuses pour être contrôlées, et ce, même si on connaît la raison du problème. La solution miracle n’a pas encore été trouvée. Dommage! Et vous, quels sont vos trucs pour réussir votre fin de session?