C’est le genre de promesses qu’offrent les ingénieurs vedettes de Google, les frères Lars et Jens Rassmussen avec l’avènement de la technologie Google Wave. Le géant du logiciel a rendu publique une version préliminaire de leur ambitieux projet, à l’occasion du congrès Google I/O. On prévoit que le système sera disponible au grand public d’ici la fin de l’année 2009.

De sa boîte Wave, l’utilisateur pourra désormais envoyer des courriels; en différé, mais aussi en temps réel. Il sera donc possible de communiquer simultanément avec le destinataire et travailler sur des documents communs à même une fenêtre de navigation Web. Étant entièrement configuré en tant que code source libre (open source), quiconque pourra accéder au code de Google Wave, le copier, le modifier et l’utiliser à sa guise.

On projette par ailleurs d’intégrer Google Wave à Facebook et aux messageries instantanées afin de multiplier les occasions d’échange. Un module Twitter a déjà été présenté aux développeurs présents au Google I/O, développeurs desquels dépend la progression du projet.

Au-delà de ces promesses, qui ont galvanisé bien des chroniqueurs du cyberespace, il faudra encore attendre avant que le projet ne soit à terme. À l’heure actuelle, Google Wave n’est effectivement pas encore compatible avec les courriels réguliers. Malgré tout, c’est toute la culture du travail par ordinateur qui est toutefois sujette à de profondes transformations. «Plusieurs de nos applications portent le fardeau de décennies de vieilles mentalités. Nous devons repenser les outils que nous prenons pour acquis», conclue à ce sujet Tim O’Reilly, initiateur du premier sommet de l’Open Source.