L’endroit est époustouflant avec son immense bar aux couleurs changeantes. Les menus nous sont apportés ainsi que la carte des vins. Sans hésitation, j’étudie le choix d’huîtres qui m’est offert. Cela m’intrigue et je ne sais trop lesquelles choisir. Notre gentille serveuse, constatant mon incertitude, propose de nous préparer une assiette dégustation. Fabuleux, j’en gouterai trois sortes. Un quartier de citron et une sauce au vinaigre de vin rouge, échalotes et mirin pour l’assaisonnement. Je commence par les plus douces, les Villages Bay (Nouveau-Brunswick), j’enchaîne avec les plus relevées, les Lucky lime (Île-du-Prince-Édouard), et je termine avec les huîtres cuites, les Rockefeller (épinards, vin blanc, crème et parmesan). Le goût marin des huîtres crues mélangées avec la sauce au vinaigre de vin rouge se marie à merveille et les huîtres Rockefeller cuites sont crémeuses et délicieuses.

Pour l’entrée, je choisis la terrine de foie gras et Bianca opte pour le crabe des neiges au fenouil. La présentation est très soignée, les assiettes sont épurées. Ma terrine recèle en son cœur un coulis de betterave et est déposée sur un crumble de pistache. Le tout est servi avec un quatre-quarts au foie gras. Le crabe des neiges de Bianca est accompagné d’avocats crémeux et d’une purée d’oranges amères. Le foie gras fond dans la bouche et avec ce coulis de betteraves qui se mêle au quatre-quarts, je ne peux que succomber au plat tout entier. Le crabe des neiges est tout aussi séduisant, avec cette mystérieuse purée d’orange et ces avocats crémeux qui se mélangent à la perfection.

Passons maintenant aux plats de résistance. Je choisis les saucisses de ris de veau et ma compagne la tarte alsacienne. Les saucisses sont grosses, mais la peau est légèrement coriace. Je goûte bien les ris de veau, mais le fenouil vient masquer en grande partie le mélange de saveurs. Les pommes de terre sont bien cuites et crémeuses, mais les lardons promis par la description du plat se font rares. La tarte alsacienne fume à mes côtés. Il s’agit d’une pâte feuilletée sur laquelle est déposé un confit de canard. L’assiette est belle, goutteuse et me fait presque regretter mon choix.

La carte des desserts nous apparait très prometteuse. Nous choisissons le pot au chocolat et café ainsi que la tarte à la lime. La crème fouettée au café est légère et rafraîchissante, le croquant se mêle bien à la ganache de chocolat au fond du plat. La tarte à la lime est peut-être moins impressionnante que mon dessert, mais est tout de même très bonne.
Nous repartons le ventre plein et mon cœur de gastronome est comblé.

$$$ avec comme mots: grosse dépense qui en vaut la peine
trois coupe de champagne avec comme mots: Subjuguant
Dans les ce que j’ai aimé: l’attention portée au mariage des saveurs
Dans les ce que j’ai moins aimé: Le plat de ris de veau