C’est ce que révèle un sondage maison réalisé par Impact Campus auprès de la population universitaire. Au total, 398 étudiants ont été sondés aux pavillons Ferdinand-Vandry, Palassis-Prince, Charles-De Koninck, Paul-Comtois, Adrien-Pouliot et Alexandre-Vachon.

Ce 60,3% est d’autant plus fort puisque les étudiants pour la hausse ne représentent que 27,3% des sondés.

Beaucoup d’incertitude

Les comités de lobbying en faveur ou contre la hausse des frais de scolarité ont encore la possibilité d’aller chercher une bonne part d’étudiants. En effet, 12,5% des étudiants sondés ont décidé de s’abstenir sur la question, certains ayant mentionné au passage que leur opinion n’était pas encore faite.

Par ailleurs, le comité du Oui n’a toujours pas été formé auprès de la CADEUL malgré qu’il y ait un mouvement en faveur d’une augmentation des frais de scolarité sur le campus De l’argent est en effet disponible auprès de la CADEUL pour quiconque remplira en bonne et due forme le formulaire d’accréditation pour former le comité du Oui.

Manque d’information 

Le sondage révèle également que la majorité des étudiants ne se sentent pas suffisamment informés sur la question des frais de scolarité. En effet, ce sont 51.5% des étudiants qui croient qu’un meilleur travail pourrait être fait de ce côté. À la distribution du sondage notamment, plusieurs étudiants ont demandé des explications sur la campagne référendaire, tout comme sur la hausse des frais elle-même, qui pourtant est incluse dans les deux derniers budgets provinciaux.

Interrogé sur le manque d’information, le président de la CADEUL Sébastien Harvey s’est montré lucide. « Nous sommes conscients que ce ne sont pas encore tous les étudiants qui sont informés à l’égard du référendum. C’est pourquoi nous mettons tous les efforts nécessaires », a-t-il expliqué.