Directrice du premier cycle au département de science politique de l’Université Laval, professeure et chercheure, Pauline Côté a rangé son costume de politologue pour devenir candidate à l’élection fédérale du 14 octobre prochain. Endossant la bannière libérale dans Lévis-Bellechasse, elle est décidée à donner les coudées franches pour gagner la bataille contre les conservateurs.

«Jusqu’à présent, mon cheminement de professeure et de chercheure a fait en sorte de m’éloigner de la politique active. Ce qui m’a décidé à me lancer, c’est le sentiment d’urgence ressenti à combattre les dérives idéologiques de Stephen Harper et à contribuer à chasser les conservateurs du pouvoir», martèle-t-elle.

Quoique consciente de la force actuelle du Parti conservateur, Mme Côté estime que la lutte se fera à trois dans Lévis-
Bellechasse. Sa stratégie de campagne est simple: «Un travail de terrain et un débat d’idées.» Elle compte notamment mettre de l’avant, pour les jeunes de Lévis-Bellechasse, l’accessibilité aux études supérieures et aux nouvelles technologies. La candidate compte mettre également l’accent sur le développement économique régional, la lutte contre la pauvreté des aînés, le Tournant vert mis de l’avant par son chef, Stéphane Dion, et le soutien aux familles.

Comme nous le rappelait la candidate, la réalité diverge beaucoup d’une région à l’autre de la circonscription. C’est pourquoi Mme Côté voit dans sa candidature «une chance d’aller rencontrer les gens et de faire écho à leur préoccupations.»

La défense de tous les Québécois
Candidat pour le Bloc Québécois dans la même circonscription que Madame Côté, Guy Bergeron détient un baccalauréat en science politique. L’université a été pour lui un lieu extraordinaire d’échanges d’idées, de débats et de conversations. Cependant, le bachelier a eu la piqure pour la politique avant son passage à Laval: «Le moment définitif qui m’a donné le goût de la politique est quand j’ai mis ma croix sur le oui en 1995. Même si ça n’a pas passé, le Bloc reste aujourd’hui la seule alternative pour défendre les intérêts des Québécois et Québécoises à Ottawa, surtout devant un Premier ministre qui bafoue ses propres lois. Les décisions qui se prennent à l’unanimité à l’Assemblée nationale, on les défend. Le Bloc, c’est le rassemblement de tout le monde», insiste-t-il.

Les habitants de la circonscription Lévis-Bellechasse sont, pour M.Bergeron, «des gens fiers, debouts et qui ne s’en laissent pas imposer». Ces caractéristiques, qu’il appose aux habitants de son comté, ont été un incitatif important pour
M. Bergeron dans sa décision de se lancer en politique.

Rien n’est coulé dans le béton pour le député conservateursortant, Steven Blaney, aux dires du candidat bloquiste. En effet, le fait qu’il en soit à sa première campagne crée autour de sa candidature un mystère avantageux qui pourrait éventuellement faire pencher la balance en sa faveur.

Une présence renforcée
Anne-Marie Day porte quant à elle les couleurs du Nouveau Parti démocratique dans Charlesbourg-Haute-St-Charles. Son baccalauréat en éducation et sa maîtrise en aménagement du territoire et développement régional, ajoutés à trois années de direction de la Chambre de commerce de Baie-Comeau et à bien d’autres expériences communautaires, ont fait en sorte qu’elle a choisi de se présenter pour le parti de Jack Layton.
«Le NPD est le parti des valeurs sociales. Par exemple, nous nous sommes positionnés contre la hausse des frais de scolarité. Il ne faut pas choisir de financer les compagnies d’exploitation des sables bitumineux de l’Alberta plutôt que l’éducation. Vous devez avoir la même chance que nous avons eue », estime Mme Day.

L’aménagement du territoire de sa circonscription reste une grande priorité pour la candidate néo-démocrate. En effet, elle rappelle que le transport en commun y est pénible en raison du service insuffisant fourni par le RTC et que la rivière St-Charles est une ressource notoire qui pourrait être davantage mise de l’avant.

Anne-Marie Day promet une solide bataille au député conservateur sortant, Daniel Petit. Selon elle, le NPD sera plus que jamais présent pendant l’actuelle campagne notamment avec le lieutenant de Jack Layton au Québec, le député Thomas Mulcair. Monsieur Mulcair, ancien ministre de Jean Charest, est le seul député néo-démocrate au Québec.

Avant de mettre sous presse, Impact Campus a appris que Catheryne Roy-Goyette, ex-officière de la CADEUL, se présentait pour le NPD dans la circonscription de Québec.