Selon l’exécutif de l’AED, la proposition d’augmentation des cotisations est motivée par la crise économique qui met l’existence de certains de ses comités en jeu. En effet, l’association est composée de plusieurs comités chargés d’organiser des activités socioculturelles, sportives et professionnelles dans le but d’animer la vie étudiante à l’intérieur de la Faculté. Toutefois, une part importante du financement utilisé par ces comités provient de commandites d’entreprises privées ou de bureaux d’avocats. En conséquence, la situation économique à laquelle le Québec est confronté entraîne les commanditaires privés à donner moins généreusement, ce qui mène certains comités à considérablement resserrer leur budget.

«Ça fait près de 20 ans que les cotisations n’ont pas augmenté et la crise économique actuelle est un déclencheur qui nous force à réagir. […] Les commanditaires, on le voit déjà, sont beaucoup plus frileux et c’est compréhensible dans les circonstances», a mentionné Vincent Bergeron, président de l’AED. La hausse des cotisations rapportera près de 10 000$ de plus par année dans les coffres des comités. Ces nouvelles sommes risquent de sauver l’existence des comités qui sont en mauvaise situation financière.

Quelques critiques ont néanmoins été portées sur la pertinence de certains comités ou de certaines activités qui pourraient être abolis au lieu de hausser les cotisations. Un étudiant présent lors de l’assemblée a d’ailleurs mentionné que «dans des moments de crise économique, il ne faut pas augmenter l’argent qui circule dans les mains de l’association, mais au contraire, il est peut-être temps de rentabiliser chaque dollar des fonds étudiants en laissant tomber des activités moins populaires. Bref, il faut peut-être plus se serrer
la ceinture!»

Des étudiants présents, 44 ont voté pour la proposition alors que 14 s’y sont opposés. Ainsi, dès la prochaine session, il en coûtera 15$ par session pour être membre de l’Association des étudiants en droit de l’Université Laval et ainsi bénéficier des activités de ces nombreux comités.

En faveur de la Table de concertation
L’assemblée a aussi accepté l’idée d’une affiliation de la CADEUL au projet de Table de concertation nationale des associations étidiantes universitaires indépendantes, projet mis de l’avant par le REMDUS (Regroupement des étudiants à la maîtrise et au doctorat de l’Université de Sherbrooke). L’AED devrait ainsi endosser l’idée du partenariat avec les autres associations universitaires indépendantes à l’intérieur d’une affiliation nationale lors du prochain caucus des associations membres de la CADEUL.