Récemment, le cabinet spécialisé JD Power révélait que quatre des dix modèles les plus vendus chez les concessionnaires américains étaient hybrides. Malgré cela, bien que les ventes d’hybrides soient cinq fois plus nombreuses qu’il y a quatre ans, le nombre réel de ventes reste marginal avec 160 000 véhicules vendus en Amérique. Le marché n’avait pas prévu une telle augmentation de la demande et la pénurie s’est fait sentir. Selon un sondage effectué par la Banque du Canada, 82?% des Américains envisageraient l’achat d’une voiture hybride au moment de renouveler leur contrat.

Cet engouement apporte une véritable révolution dans le marché de l’automobile. Même si le marché est encore dominé par la Prius de Toyota, qui accapare 75 % des ventes, la guerre des hybrides s’en vient. Dès ce printemps, Honda, qui commercialise déjà la Civic hybride, lancera un nouveau modèle qu’il vendra aux alentours de 20 000?$. Avec les performances exceptionnelles de ce véhicule, qui pourrait ne consommer que 4L/100km, Honda veut s’imposer comme le nouveau leader. La concurrence risque d’être féroce, car la nouvelle génération de Prius est attendue pour fin 2009. Selon la rumeur, le nouveau modèle de Toyota viserait une consommation de 3,5 L/100km. Pour préparer son entrée, la compagnie japonaise liquidera au cours de l’année l’actuel modèle au prix unique de 27 400?$.

L’avenir de l’hybride ne sera probablement pas dominé exclusivement par les fabricants asiatiques. Selon 125 cadres haut placés dans l’industrie interrogés par IBM, toutes les voitures mises sur le marché à l’horizon 2020 utiliseront une forme de technologie hybride. Les fabricants états-uniens ont déjà commencé à mettre la main à la pâte. GM commercialise déjà cinq modèles, mais les ventes ont été plutôt décevantes avec seulement 5000 exemplaires vendus. GM utilise sa technologie hybride sur des modèles déjà très énergivores, comme ses gros VUS. La consommation d’essence reste donc tout de même élevée, ce qui n’est pas un grand incitatif pour acheter ce genre de véhicule dont le prix reste particulièrement élevé. Pour cette raison, le géant américain, qui éprouve de grandes difficultés financières, lancera encore quatre nouveaux modèles d’ici la fin de l’année.

Selon des informations obtenues par le Détroit News cet été, les deux gros fabricants américains Ford et Général Motors songeraient à partager leurs technologies pour contrer les concurrents extérieurs. GM fournirait à Ford la plateforme E-Flex, qui se retrouvera sous le capot de la Chevrolet Volt fin 2010. Ford pourrait avancer de son côté quelques connaissances additionnelles du côté de la motorisation hybride hydrogène électrique. Le principal avantage sera de réduire les coûts des composantes puisque que la production se fera sur une plus grande échelle.

À l’heure où l’Amérique commence à envisager sérieusement la technologie électrique, l’Europe met en place plusieurs projets favorisant la voiture uniquement électrique. Le Financial Times Deutschland vient d’annoncer que la compagnie allemande Daimler commencerait à installer un système de bornes de recharge un peu partout en Europe pour la nouvelle Smart électrique. Quelque 500 bornes seraient installées rien qu’à Berlin, ce qui permettrait aux consommateurs de parcourir 150?km pour la modique somme de 2 euros.