Les opposants au controversé projet d’une valeur de plus de 800 millions de dollars commencent à être à court de moyens afin de bloquer l’établissement d’un port méthanier dans le fleuve. L’avis de la Commission de protection du territoire agricole du Québec, qui refusait le dézonage de cette zone agricole, a été surpassé par le gouvernement Charest. Ce dernier a de plus passé outre l’analyse du ministère de l’Environnement, qui stipulait que Rabaska représentait un danger pour les nappes phréatiques.

Le groupe a également dénoncé le risque pour la santé et la sécurité des citoyens. Lundi dernier, un incendie provoqué par la foudre a éclaté à moins de 800 mètres des futurs réservoirs. L’année dernière, l’État du Massachussets a interdit sur son territoire toute construction de port méthanier se retrouvant à moins de 1,5 kilomètre des zones habitables. Rabaska établit pour sa part qu’une zone de 400 mètres est raisonnable.