S’il faut en croire l’entourage de l’ex-président américain Al Gore, il serait surprenant de voir ce dernier à Québec prochainement. M. Gore, à qui le Conseil universitaire a conféré un doctorat honoris causa en février dernier, doit selon les règles d’attribution, recevoir le titre en main propre afin d’être promut au titre de doctorant. Âgé de 60 ans, l’ancien bras droit de Bill Clinton a reçu en 2007 le prix Nobel de la paix pour son engagement à l’égard de l’environnement avec son documentaire ­Une vérité qui dérange.

Dans le cadre des célébrations du 400e anniversaire de la ville de Québec, l’Université Laval souhaitait attirer plusieurs personnalités de renom pour recevoir cette distinction. Outre Al Gore, Bill Clinton, Bill Gates et Oprah Winfrey ont aussi reçu cet honneur. Dans un courriel adressé à Impact Campus, le bureau d’Al Gore a tenu à souligner l’honneur que cela représentait, mais que l’horaire du candidat à la présidence en 2000 ne lui permettait pas de venir chercher le doctorat. M. Gore avait effectué le déplacement l’an dernier à Montréal, alors que l’Université Concordia lui avait attribué le même honneur.