Les trois aspirants à la députation se sont entendus pour dire que le financement universitaire devrait être augmenté en recherche et en enseignement, sans se rejoindre sur les moyens d’y parvenir. M. Blanchette a indiqué que le NPD diminuerait les frais de scolarité afin de limiter l’endettement étudiant. M. Paillé a proposé, quant à lui, le retrait du fédéral en éducation et M. Beaupré a laissé entendre que son parti misait davantage sur un programme de prêts et bourses.

Dans un autre ordre d’idées, les candidats ont été invités à débattre sur l’environnement et les solutions que leur parti proposait pour diminuer l’émission de gaz à effet de serre. Alors que M. Beaupré a expliqué que la taxe sur le carbone servirait notamment à baisser les impôts, M. Blanchette a répliqué qu’il ne fallait pas seulement viser la consommation, mais aussi la production, proposant un marché du carbone visant à «récompenser les entreprises vertes et à pénaliser les plus polluantes». M. Paillé estime, quant à lui, que le gouvernement doit investir dans le développement des énergies propres et renouvelables, de façon à délaisser graduellement le pétrole.

Enfin, les trois politiciens se sont exprimés sur la question de la nation québécoise. Fidèle à la ligne de son parti, M. Paillé a réitéré que la reconnaissance des Québécois par les Conservateurs n’était qu’un artifice, «aucune loi n’ayant été amendée» pour encadrer le caractère spécifique du Québec. M. Blanchette a fait savoir que le NPD donnerait un droit de retrait au Québec s’il était au pouvoir. «Le NPD veut respecter les gouvernements provinciaux», a-t-il affirmé, invoquant ce qu’il appelle le «fédéralisme coopératif». M. Beaupré a terminé cette ronde en clamant sa fierté d’être à la fois québécois et canadien, mais en restant évasif sur le caractère particulier du Québec.

Les absents ont toujours tort
L’absence du député conservateur Luc Harvey a été vivement critiquée par la CADEUL et l’ÆLIES, ainsi que par les trois candidats.

En effet, au début de l’événement, le président de l’ÆLIES, Youmani Jérôme Lakoandé, a fait part de sa déception face au désistement de M. Harvey. Simon Bérubé, président de la CADEUL, a lui aussi dénoncé l’absence du conservateur et le refus de présenter un remplaçant. «Cette absence prouve que les Conservateurs n’ont pas de considération pour les étudiants», a-t-il lancé sous les applaudissements des étudiants présents au débat.

M. Beaupré, M. Blanchette et M. Paillé ont tous fait référence au cours du débat à l’absence de M. Harvey, estimant qu’il aurait dû être présent pour justifier les actes de son parti.

Exclu du débat, le Parti Vert, représenté par le candidat de Louis St-Laurent, Jean Cloutier, a pris la parole durant la période de questions afin d’annoncer la candidature de Michèle Fontaine dans Louis-Hébert, celle-ci ayant été officiellement accréditée la semaine dernière.