Saviez-vous que durant la pandémie les artisans des médias de l’Université Laval font aussi du télétravail?

Et oui! Même vos émissions de radios favorites diffusées à CHYZ sont faites à distance. Depuis la fermeture des pavillons de l’Université, le 17 mars dernier, en raison de la COVID, toutes vos émissions de radios ont été faites à partir du domicile des animateurs ou de leurs collaborateurs.

Faire de la radio à distance comporte quelques problèmes, en voici quelques-uns que nous avons rencontrés lors de la pandémie!

Que ferait-on sans électricité?

S’il est pénible de perdre l’électricité lors d’orages violents à son domicile, il est d’autant plus contrariant de voir cette coupure empêcher une radio de diffuser sa programmation habituelle! Surtout, lorsqu’on ne peut se rendre sur place pour redémarrer les instruments inhérents à la diffusion. À la fin du mois de mars, une panne d’électricité majeure a touché le quartier de Sainte-Foy à Québec. L’antenne de diffusion de CHYZ étant dans ce secteur, elle n’a pas été épargnée par la coupure. Ce qui créa un blanc sonore en onde durant de nombreuses heures. Incapable d’avoir accès aux locaux sans une permission de la direction, les artisans de la radio étaient témoins impuissants de ce silence radiophonique. Ce n’est qu’après moult appels que nous avons enfin réussi à avoir accès aux installations pour redémarrer le tout.

L’équipement c’est important à la radio

Les instruments utilisés pour créer des émissions de qualité c’est extrêmement important pour une station radio. Un téléphone portable ou une petite enregistreuse numérique peut s’avérer efficace pour un travail universitaire, mais lorsqu’il s’agit de créer une émission radiophonique écoutée par plusieurs milliers de personnes c’est une toute autre affaire. Privés de leur studio, les artisans ont dû improviser des façons originales d’enregistrer, à distance, leur émission. La radio universitaire a certes quelques instruments portatifs utiles à une diffusion lors d’évènements extérieurs, mais ce matériel est tout de même limité. En temps normal, des studios portatifs sont disponibles à CHYZ, mais lorsque toutes les émissions ont besoin simultanément de cet équipement, il s’en suit une certaine congestion dans les réservations. Dans un contexte de pandémie qui plus est, il est encore plus difficile de se partager ces appareils lorsqu’on doit rester confiné à notre domicile. Or, Mathieu Gagnon, technicien par intérim à CHYZ, a dû user d’imagination pour aider les bénévoles à créer de petits studios à partir de leur domicile. Skype, Teams, Messenger et autres applications de visioconférence ont été très pratiques durant cette période.

De plus, que lorsqu’on enregistre des émissions ou des capsules audio à partir de son domicile, la qualité sonore en est affectée il va sans dire. Un studio radiophonique est insonorisé avec de la mousse spéciale. Les micros sont spécifiques à l’usage de la radio. Chez soi, non seulement l’entourage des animateurs et chroniqueurs est contraint de rester silencieux pendant la durée de l’émission, mais il y a tout de même de la réverbération sur les murs qui font rebondir la voix, laissant un écho peu perceptible à l’oreille, mais qui est grandement amplifié lors de l’enregistrement et que l’on ne retrouve pas dans un studio. Sur le même ton, Émilie Rioux, directrice des arts et animatrice de l’émission C’est (presque) pas la fin du Monde lors de la pandémie, a tenu à remercier ses colocataires pour les derniers mois de cohabitation avec son studio maison.

Les voisins

Il y a aussi le bruit extérieur ; lorsqu’il fait des températures extrêmes comme nous avons vécues pendant les derniers mois, les fenêtres sont grandes ouvertes pour aérer un peu notre domicile. Or, il est difficile de demander au quartier de se mettre sur pause pendant que l’on enregistre. Si au contraire, vous avez l’air climatisé, ou un ventilateur près de vous, le déplacement du vent et le bruit du moteur font un très mauvais mariage avec les petits micros intégrés aux téléphones portatifs. La qualité sonore en est donc grandement affectée.

Rendez-vous manqués avec nos invités

Outre ces contraintes, vos animateurs et chroniqueurs ont composé avec des rendez-vous à distance parfois complexes avec des invités. Lorsqu’on invite une personne en studio, aucun moyen technique ni connaissance ne sont requis de leur part, uniquement leur présence est nécessaire. Toutefois, enregistrer sa voix soi-même à distance est parfois plus complexe pour certaines personnes, ce qui engendre des rendez-vous manqués. En plus des difficultés techniques, il faut, encore une fois noter la piètre qualité sonore des échanges vocaux à distance.

Pas facile la connexion à distance !

Autre gros problème noté par Alex Baillargeon, notre directeur de la programmation est sans doute le logiciel de connexion à distance de son ordinateur. Vous l’aurez compris, un directeur de programmation contrôle entre autres la grille horaire. En contexte de pandémie, la majorité des émissions sont préenregistrées, elles ne sont pas faites en direct. Ce qui veut donc dire qu’il faut programmer à l’avance et à distance ces « shows » dans l’horaire de la station. Lorsque le logiciel de connexion décide de faire des siennes et que l’on ne peut pas se déplacer physiquement à son bureau, il devient complexe de programmer cesdites émissions. Redémarrer son ordinateur à distance devient donc une des meilleures astuces de résolution de problèmes!

Malgré tout, CHYZ a continué de livrer des émissions divertissantes et intéressantes durant toute cette période difficile. La radio étudiante de l’Université Laval a pu compter sur des bénévoles dévoués, mais surtout, sur un auditoire fidèle. Au nom de toute l’équipe, nous vous remercions d’avoir été à l’écoute malgré les pépins rencontrés et d’avoir fait de nous votre choix d’information et de divertissement durant la pandémie.

Crédit photo couverture : Gabrielle Morissette