Nouvelle mouture cette session pour les pages centrales d’Impact Campus, qui vous feront visiter les coulisses du campus à travers l’oeil de notre directrice photo. Des lieux qui sont méconnus des autres facultés, mais pourtant souvent utilisés par les étudiant(e)s ainsi qu’encadrés par des technicien(ne)s opérant dans l’ombre.

Cette semaine on se retrouve dans les coulisses des laboratoires de pharmacie au pavillon Ferdinand-Vandry, où madame Marie-Claude Boivin, coordonnatrice sectorielle du centre d’apprentissage du secteur de pharmacie, nous présente les trois grands laboratoires utilisés par les étudiant(e)s.

1/Dans le premier laboratoire, on retrouve une dizaine de kiosques semblables à ceux que l’on voit dans la vie courante. Les étudiant(e)s sont mis en situation avec une clientèle régulière qui simule divers problèmes. L’armoire recense ainsi des produits courants allant de l’Advil à différents tubes de Polysporin pour différents maux. L’espace est grand et modulable pour accueillir le maximum d’étudiant(e)s car chaque année, on compte 195 nouvelles inscriptions au programme de quatre ans. On accueille parfois des étudiant(e)s du centre professionnel de Fierbourg pour développer le travail d’équipe, entre autre. Cet espace de simulation permet vraiment d’acquérir une forme d’expérience avant les stage, nous précise t-on.

2/ Le laboratoire galénique traite, comme son nom l’indique, de la mise en forme des produits pharmaceutiques (sirop, gélules, suppositoires, etc.). Un petit équipement de protection est nécessaire pour manipuler les divers produits. Pendant ces laboratoires, les étudiant(e)s peuvent regarder des écrans pour voir les manipulations de l’intervenant. Des technicien(ne)s ou des étudiant(e)s à la maîtrise peuvent éventuellement prêter main forte pour les guider. On y prépare des produits non stériles comme de la crème ou de l’onguent.

3/ Une machine surprenante qu’est cet appareil à dissolution qui simule la digestion des médicaments. Cela permet de comparer différents produits pharmaceutiques.

4/ Stéphane Delisle, Technicien en Travaux de Recherche

Photo : Courtoisie, département de pharmacie

5 Le laboratoire de formation stérile aussi appelé «salle blanche» est accessible seulement au deuxième cycle et aux étudiant(e)s en formation continue. L’accès est limité en raison de sa fonction. Il sert notamment à diverses préparations, en oncologie par exemple.