Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /home/forge/impactcampus.ca/wp-content/plugins/adrotate-pro/adrotate-output.php on line 690

L’Association végétarienne et végétalienne de l’Université Laval (AVÉGÉ) a présenté le 23 novembre dernier une conférence sur la question féministe en lien avec la cause végane en la présence d’Élise Desaulniers, conférencière, chercheuse indépendante et militante pour les droits des animaux.

Une quarantaine de personnes ont profité de ces deux heures de conférence dans l’optique de mieux définir les rapprochements à faire entre le mouvement pour le droit des animaux et le mouvement féministe. En effet, en termes d’histoire et d’évolution, le droit des femmes et ceux des animaux se ressemblent à certains points, jusqu’à devenir un combat à double visée. D’entrée de jeu, Élise Desaulniers précise que le mouvement pour les droits des animaux est le tout premier mouvement social composé de 60 à 80 % de militantes.

À l’heure actuelle, les féministes s’intéressent de plus en plus à la cause animale, qu’elles identifient aux droits des femmes au même titre que les animaux (considérés comme les opprimés) qui sont au cœur même d’un tel mouvement.

Au contraire des femmes qui peuvent prendre parole et tenter d’améliorer leurs droits en s’impliquant fermement, les animaux ne peuvent se rebeller face aux actes et aux traitements qu’ils reçoivent, même s’ils réagissent d’une certaine manière. Au fil de la discussion, la conférencière a mis en évidence que les animaux exploités réagissent vivement aux actes qu’ils reçoivent, mais ne peuvent se dérober des traitements qui leur sont infligés.

Une histoire qui ne date pas d’hier

Depuis de nombreuses années, plusieurs femmes ont pris position et ont tenté de faire cesser les tests sur les animaux au sein des facultés de médecine, notamment au 19e siècle. La cause animale est au cœur même de la société actuelle. Cosmétiques, nettoyants ménagers, alimentation, vêtements, et nombreuses autres choses sont au centre de ce combat qui se veut être protecteur envers les animaux, qui font la richesse de la planète en dehors de leur exploitation pour l’économie humaine.

À travers la présentation de nombreuses figures féministes dans cette mobilisation internationale, Élise Desaulniers a tenté de mettre en évidence l’énorme travail qu’il reste à fournir afin de véritablement faire comprendre que la problématique des droits des animaux est importante, au même titre que celui des femmes, qui évolue chaque jour un peu plus. La conférencière a soutenu qu’à travers le monde, plusieurs organisations et associations, bien souvent gérées par des femmes existent.

Sortir de l’ordinaire

Lors de la conférence, Élise Desaulniers a tenu à mentionner que le refus de consommer de la viande augmente bien souvent les tensions interpersonnelles. Dans un même ordre d’idées, elle a expliqué qu’il est rare que les discussions ne soient pas animées en ce qui concerne l’alimentation végétarienne, mais également végane.

Faire un coming-out vegan représente tout un défi pour celles et ceux qui souhaitent modifier leur habitude alimentaire. « Il y a une certaine résistance par rapport au fait d’en parler publiquement. C’est quand même fascinant », a clamé la conférencière aux participants présents. Dans ce sens, et même dans une certaine démesure, elle mentionne qu’il est très rare qu’elle vive un souper de famille « tranquille », même en 2017.

Devenir végane : un choix comme un autre

Devenir végane peut être une décision prise pour diverses raisons. La conscience environnementale, la croyance envers ce type d’alimentation, le bienfait retiré de cette nutrition ou encore toute la question animale sont des raisons qui peuvent expliquer ce changement de régime alimentaire, même si d’autres justifications existent.

« La plupart d’entre nous, on est devenu végane par rapport aux animaux », a précisé la militante des droits des animaux. Lors de discussions avec les participants à cette conférence, Élise Desaulniers a toutefois confié que les changements sociétaux sont très lents, considérant que les valeurs ancestrales sont encore bien présentes au sein de la société moderne d’aujourd’hui.


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /home/forge/impactcampus.ca/wp-content/plugins/adrotate-pro/adrotate-output.php on line 651