Un demi-million de dollars, c’est ce qu’a promis la Fondation La Capitale groupe financier d’ici 2020 à l’Université Laval. Une véritable aubaine qui devrait directement aider les étudiants à travers la remise de bourses.

Le dernier don d’envergure remonte à mai 2015 alors que le « Groupe Banque TD » proposait d’offrir un demi-million. Une moitié revenait à la création d’une plateforme de formation en entrepreneuriat agricole : un programme de la Faculté des sciences de l’agriculture et de l’alimentation qui sera d’ailleurs offert à l’automne 2016. L’autre part a été offerte à la Faculté des sciences de l’éducation afin de mettre en place le projet Sentiers littéraires pour enfants.

En ce début novembre, la Fondation La Capitale groupe financier annonce à son tour un don d’un demi-million. Cette fois-ci, le soutien financier semble être en partie directement proposé aux étudiants de Laval.

Par voie de communiqué, l’Université confirme que le don permet de «  favoriser la recherche en services financiers, en santé et sécurité du travail ». De nouvelles bourses seront aussi créées, dont une de leadership et développement durable pour les étudiants en sciences sociales ainsi que des bourses à la maîtrise en lettres et sciences humaines.

Marie-Andrée Doran, adjointe au vice-recteur aux études et aux activités internationales, et responsables notamment du programme de bourses de leadership et développement durable, explique comment ce don contribue directement aux étudiants : « Ce programme de leadership touche tous les horizons à travers différents domaines », dont les domaines artistique, entrepreneurial, environnemental, scientifique, social/humanitaire et sportif.

Mme Doran confie que les dons de la part de La Capitale ne sont pas nouveaux. « Il y avait une entente entre l’Université et La Capitale depuis des années. Ils favorisaient d’autres domaines, dont plusieurs à la FSA. Cette fois-ci, le don est vraiment orienté du côté des sciences sociales ».

Cela explique pourquoi il y a des bourses à la maîtrise en lettres et sciences humaines. Il s’agit d’une demande explicite de la part de la Fondation : « Ils veulent nous aider à donner des bourses en sciences humaines et sociales parce qu’il s’agit d’une faculté où il y a beaucoup d’étudiants. Pour l’instant, ce n’est pas une faculté où il y a énormément de postulants. Cette bourse sert donc à ce qu’il y en ait davantage ».

« Une proportion non négligeable (20% des bourses) est donnée aux étrangers », ajoute Marie-Andrée Doran. Depuis le début du programme, 35 pays sont d’ailleurs représentés.