Au lendemain de l’attaque survenue dans le Vieux-Québec samedi, soir d’Halloween, la communauté est, bien évidemment, secouée par les événements. En soutien à la population de la région de la Capitale-Nationale, l’Université Laval a mis ses drapeaux en berne.

L’Université souhaite ainsi partager son atterrement face au drame qui a semé la peur et l’inquiétude dans la ville de Québec. L’UL soutient qu’elle est de tout cœur avec les citoyens dans ce difficile deuil de membres de la communauté. Également, elle rappelle également à ses étudiants et étudiantes que la communauté universitaire a accès à diverses ressources d’aide psychologique. Les étudiants peuvent compter sur le Centre d’aide aux étudiants en appelant au 418-656-7987 ou en se rendant au aide.ulaval.ca, alors que les membres du personnel ont accès au Programme d’aide aux employés.

« Nous sommes consternés et profondément attristés aujourd’hui par la violence et la tragédie ayant semé l’émoi dans la ville de Québec ce samedi soir. Ce drame est à la fois tragique et incompréhensible. Des milliers d’entre nous résidons dans la ville de Québec. Nous y vivons, nous y étudions et nous y travaillons. Notre cœur est dans cette capitale, aujourd’hui meurtrier par ce drame. »

– Sophie D’Amours, rectrice de l’Université Laval

Vives réactions sur la sphère publique

Par ailleurs, plusieurs personnalités publiques ont réagi aux événements.

Régis Labeaume, maire de la Ville de Québec :

« J’ai la nette impression de rejouer dans un vieux film, un film dont l’action se déroulait le 29 janvier 2017 à la mosquée de Québec. C’est un événement hallucinant, terrifiant, un événement qui dépasse évidemment l’entendement. »

Le premier ministre du Québec, François Legault,a mentionné sur Twitter :

« Les mots me manquent pour décrire une telle tragédie. J’offre mes condoléances aux proches des victimes. »

Également, le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, s’est lui aussi exprimé sur la plateforme Twitter :

« Nous sommes unis dans notre deuil et faisons front commun contre cette violence effroyable. Aux gens de Québec et à tous les Québécois : les Canadiens à travers le pays sont avec vous. »

Rappel des événements

Samedi, le jeune homme de 24 ans a quitté son domicile de la Rive-Nord de Montréal pour se diriger, en soirée, vers le site historique du Vieux-Québec. Il aurait immobilisé son véhicule près du Château Frontenac pour ensuite se déplacer à pied. Vêtu d’un costume médiéval et armée d’un sabre de type katana, il a semé la terreur et tenu les forces policières en haleine entre 22 h 30 et 1 h du matin. Sur son passage, il a tué deux individus et en a blessé 5 autres. Les policiers ont finalement procédé à son arrestation près de l’Espace 400e dans le secteur du Vieux-Port. Le jeune homme fait maintenant face à deux chefs d’accusation de meurtre prémédité et cinq tentatives de meurtre.

L’identité des victimes dévoilées

Le Service de police de la Ville de Québec a confirmé l’identité des deux victimes. Il s’agit de Suzanne Clermont 61 ans et de François Duchesne. L’homme de 56 ans était directeur des communications du Musée national des beaux-arts du Québec (MNBAQ) depuis juin 2019. Il avait une grande passion pour le milieu culturel et une créativité reconnue par ses collègues du MNBAQ. Pour lui rendre hommage, le pavillon Pierre Lassonde sera éclairé en vert, pour les prochains jours, représentant l’espoir.

« Pour apaiser notre peine, nous souhaitons lui rendre hommage à notre façon, humblement, et surtout faire savoir au monde entier toutes les qualités de cet homme si humain, si lumineux, si positif, de cet homme de cœur si sensible aux autres. »

– Jean-Luc Murray, directeur général MNBAQ

Investissement majeur en santé mentale

Bien entendu, l’ampleur de ce drame relance, maintenant, le débat sur les ressources et l’accès aux services en santé mentale.

Lundi après-midi, le ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux, Lionel Carmant, annonce une aide de 100 millions de dollars en santé mentale. Ce montant servira à favoriser l’accès aux services, à diminuer les listes d’attente et à détecter plus rapidement les problèmes psychosociaux. Cet investissement devait initialement être annoncé lors de la mise à jour économique prévu le 12 novembre prochain, mais les circonstances des derniers jours et l’urgence de la situation ont poussé le gouvernement à devancer l’annonce.

Ce montant sera distribué en cinq volets :

  • 35 M$ pour permettre l’achat de services en santé mentale.
  • 31,1 M$ pour maintenir le rehaussement des services psychosociaux et des services en santé mentale dans les établissements de santé et de services sociaux pour 2021-2022.
  • 19 M$ pour créer des équipes qui iront à la rencontre des clientèles plus vulnérables en mettant sur pied des actions de promotion, de prévention, de détection et d’intervention précoce des problématiques psychosociales.
  • 10 M$  pour le refinancement supplémentaire pour les organismes communautaires en santé mentale en 2021-2022.
  • 4,9 M$ pour le déploiement accéléré de la stratégie numérique en prévention du suicide et le rehaussement de la ligne 1 866 APPELLE.

« Il s’agit d’un investissement en santé mentale et en santé psychosociale sans précédent, pour répondre à une situation qui l’est tout autant. […] Je tiens à rappeler à tous ceux et celles qui en ressentent le besoin, et particulièrement avec les événements de la fin de la semaine dernière, que des ressources sont disponibles. N’hésitez pas à demander de l’aide. »

– Lionel Carmant, ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux

Le premier ministre François Legault a cependant tenu à mentionner que les investissements annoncés ne pourront pas prévenir tous les drames violents découlant des problèmes de santé mentale.

Crédit photo : Le Soleil