Vous impliquer bénévolement sur le campus pourrait vous rapporter plus que vous ne le pensiez. Le bénévolat n’a pas seulement des avantages sociaux et professionnels, il peut aussi être crédité comme un cours universitaire. Bienvenue dans le monde des crédits pour la reconnaissance de la participation étudiante.  

Cela fait déjà 33 ans que l’Université Laval a mis en place un programme visant à souligner l’implication bénévole des étudiants sur le campus. Les étudiants qui s’investissent beaucoup dans une activité bénévole peuvent ainsi soumettre une demande au Bureau de la vie étudiante (BVE) pour créditer leur implication.

D’après les informations disponibles sur le site Internet du BVE, cette mesure a été instaurée pour trois raisons principales : motiver davantage les étudiants à s’impliquer bénévolement dans les activités du campus, les inciter à développer leurs compétences professionnelles acquises durant leur formation, ainsi que reconnaître de manière officielle leur implication sur le campus.

Bien que le Bureau de la vie étudiante préfère voir les étudiants s’investir dans des activités qui ne sont pas liées directement à leur programme d’étude, il accepte toutefois de créditer des étudiants qui s’inscrivent dans des activités complémentaires à leur formation pour justement développer des compétences spécifiques.

Selon Cindy Harquail, conseillère à l’implication et aux associations étudiantes à la Direction des services aux étudiants (DSE), cette mesure de l’Université est en constante progression : « Les demandes sont en grande croissance ces dernières années, c’est certain que ce n’est pas tout le monde qui fait reconnaitre son implication […], mais c’est là pour eux une occasion de faire reconnaitre leur investissement. » Mme Harquail souligne aussi que les étudiants ne doivent pas hésiter à soumettre leur candidature, car dans la grande majorité des cas, les demandes d’accréditation sont acceptées.

Un processus bien défini

On pourrait croire qu’il serait simple pour les étudiants d’éviter de faire certains cours lorsqu’ils obtiennent des crédits d’implication. Toutefois, le processus pour obtenir des crédits fait en sorte d’éviter ce genre de situations. En effet, les étudiants doivent s’inscrire à tous leurs cours en début de session, car le BVE prévient seulement à la fin de la session les étudiants qui pourront avoir droit à des crédits d’implication. Autrement dit, ils doivent s’inscrire normalement à tous leurs cours, et c’est à la suite de la session qu’ils sauront s’ils peuvent remplacer éventuellement un cours par des crédits d’implication. De plus, le choix du cours qui pourra être remplacé par des crédits d’implication doit être approuvé par le directeur du programme de l’étudiant. C’est pourquoi à moins d’exceptions, les cours essentiels à la formation de l’étudiant ne peuvent être remplacés par la reconnaissance des activités bénévoles.

Une motivation supplémentaire

Bien que la grande majorité des étudiants ne s’implique pas sur le campus dans l’unique espoir d’obtenir des crédits, il n’en demeure pas moins que cette mesure donne une autre motivation pour participer aux activités parascolaires.

«Dans mon cas, je me suis impliqué un peu plus que je ne l’aurais pensé au départ à cause du nombre d’heures nécessaires pour obtenir les crédits. Ça m’a fait prendre davantage de responsabilités, car les compétences acquises doivent être complémentaires à notre champ d’étude », précise Chantal Thivierge, ancienne étudiante à l’Université Laval.

De son côté, Maxime Morin, vice-président aux finances et au développement à la CADEUL, pense que les étudiants doivent avant tout s’investir bénévolement pour non seulement s’épanouir personnellement, mais aussi pour dynamiser la vie sur le campus. De ce fait, il croit qu’ils ne doivent pas s’impliquer en pensant seulement aux cours qu’ils peuvent enlever durant leur parcours académique.