L’Association des étudiants et étudiantes de Laval inscrit-e-s aux études supérieures (AELIÉS) lance la campagne #DéjàDurable et invite les étudiant-es à partager sur les réseaux sociaux une photo du contenant réutilisable qu’ils ou elles utilisent déjà pour boire de l’eau. Ces photos seront ensuite envoyées à l’administration de l’Université Laval qui, selon eux, «tarde à s’engager et à règlementer en ce sens».

À travers cette campagne, l’AELIÉS désire manifester son soutien à l’interdiction de la vente d’eau embouteillée sur le campus. De plus, l’association étudiante «veut obtenir de l’administration lavalloise la confirmation qu’elle interdira, dans un échéancier clair et rapproché, la vente d’eau embouteillée dans toutes les concessions alimentaires du campus».

En février, la CADEUL a annoncé qu’elle cessait la vente d’eau embouteillée dans ses concessions alimentaires. À la suite de cette annonce, l’Université Laval n’a pas emboité le pas et a confirmé poursuivre dans sa vision «non coercitive».

Rappelons que l’administration lavalloise craint de voir sa communauté se tourner vers les boissons sucrées lorsque l’eau embouteillée ne sera plus disponible. À ce propos, L’AELIÉS répond que les habitudes des étudiant-es ont déjà changé et qu’ils ont facilement accès à l’eau non embouteillée.

Dans son communiqué, l’AELIÉS rappelle que l’association Univert Laval milite pour cette cause depuis près de 10 ans. «En 2010, le groupe lançait la campagne «À Laval, buvons local» visant la valorisation de la consommation d’eau publique et l’interdiction de la vente d’eau embouteillée sur le campus. Plusieurs réalisations ont été menées depuis dans le cadre de cette campagne, notamment la remise d’une pétition de plus de 4000 signatures au recteur de l’Université Laval lors de la Journée mondiale de l’eau le 22 mars 2011», souligne l’association des étudiant-es aux études supérieures.

Récemment, dans un article publié sur Impact Campus, Univert Laval a critiqué la «réticence» de l’Université Laval dans ce dossier.