Cette année encore, le député néo-démocrate de Louis-Hébert, Denis Blanchette, annonce l’octroi de 662 000 $ en subventions fédérales dans le cadre du programme Emplois d’été Canada. Plusieurs organisations de l’Université Laval bénéficieront d’une partie de cette somme pour aider les étudiants à acquérir une expérience de travail dans leur domaine d’étude.  

Le programme accorde une aide financière aux organismes à but non lucratif, aux petites entreprises ainsi qu’aux employeurs du secteur public qui en font la demande et qui ont des besoins en main-d’œuvre durant l’été. Selon Denis Blanchette, le montant distribué permettra de « soutenir 200 emplois d’été dans 80 projets différents ».

L’analyse des dossiers ne se base pas uniquement sur les besoins en travailleurs étudiants. « Plus les étudiants sont proches de leur domaine d’étude, plus le groupe qui fait la demande a une chance de voir son projet subventionné », précise le député.

Concrètement, chaque demande de subvention est d’abord analysée par Service Canada selon une grille de critères. Ensuite, les députés reçoivent les recommandations de l’organisme fédéral. « En règle générale, les recommandations de Service Canada sont suivies à la lettre », soutient Denis Blanchette.

Des critères de sélection à la faveur de certains ?

« J’ai quand même le privilège d’avoir mes propres critères [de sélection] qui sont insérés à travers ceux de Service Canada », ajoute-t-il. Selon lui, c’est un moyen de mettre en valeur certains projets par rapport à d’autres. La sélection finale est faite en fonction des besoins de la région de Québec et plus localement, de ceux de la circonscription qu’il représente et qui inclut l’Université Laval.

À l’aube des élections fédérales, pas question cependant de penser que le choix est effectué en fonction d’un électorat particulier. « C’est l’étudiant qui est au cœur du programme. […] Il n’y a rien à voir avec le fait de vouloir courtiser ou non des [électeurs] » conclut le député.

L’AIESEC et le SPLA satisfaits

L’Association internationale des étudiants en science économique et commerciale (AIESEC Laval) et le Service de placement de l’Université Laval (SPLA) sont très heureux de l’annonce faite par le député Blanchette. Ces organisations du campus pourront bénéficier de cette aide financière pour engager un employé additionnel durant la saison estivale.

Pour Jean-Baptiste Faggianelli, président de l’AIESEC Laval, sans la subvention, il n’aurait pas été possible d’engager un employé travaillant directement avec l’exécutif. Il défend aussi que le programme stimule les emplois pour les jeunes. Quant aux retombées, elles seront grandes pour l’association dont les locaux sont situés au pavillon Palasis-Prince. « On aura quelqu’un à temps plein qui pourra faire des appels, assurer la gestion des étudiants sur place puis créer des liens », précise Jean-Baptiste Faggianelli.

Mêmes réactions du côté du SPLA où on se dit satisfaits de la subvention accordée à l’organisation. Il s’agit de la plus importante aide financière reçue à l’Université Laval. « La subvention permettra d’octroyer 45 postes, dont plusieurs d’auxiliaires de recherche et d’enseignement », lance Sylvie Provençal, technicienne en administration.