L’AELIÉS a déposé son mémoire sur les pratiques d’encadrement aux cycles supérieurs le 25 avril dernier. Les situations préoccupantes vécues par plusieurs membres et soulevées par divers acteurs liés à l’Université Laval ont conduit aux 19 recommandations proposées. Selon l’Ombudsman et le Centre de prévention et intervention en matière de harcèlement, il faut agir sur cet enjeu.

La réalisation d’un projet d’études, d’un mémoire ou d’un doctorat n’est pas chose facile et peut entraîner son lot de préoccupations. Plusieurs recherches démontrent qu’un manque de disponibilité, de rétroactions ou de suivis peut mener à l’échec scolaire, voire à l’abandon des études supérieures. En octobre 2017, L’AELIÉS a mené un sondage auprès de 989 étudiants aux cycles supérieurs. Pour 9% des répondants au sondage, la relation d’encadrement a un effet négatif sur les études.

Dans son mémoire sur les pratiques d’encadrement aux cycles supérieurs, déposé le 26 avril, l’AELIÉS propose 19 recommandations. Parmi celles-ci, l’association étudiante suggère de rendre obligatoire la signature d’une entente d’encadrement entre l’étudiant et son directeur, d’offrir des formations aux professeurs et aux étudiants, ainsi que de créer des comités d’encadrement pour les étudiants.

L’Université Laval prend acte

Robert Beauregard, vice-recteur aux études et aux affaires étudiantes et vice-recteur exécutif de l’Université Laval, souligne la pertinence de ce mémoire pour appuyer leurs initiatives : « Il est important pour nous de mettre à la disposition de la communauté étudiante et du corps professoral des outils et des ressources qui favoriseront la réussite dans des conditions de collaboration enrichissantes. »

L’Université Laval estime que ces recommandations lui permettront d’approfondir les travaux en cours. Selon le sondage, 76% des répondants estiment que la relation d’encadrement a un effet positif sur l’avancement de leurs travaux. « Ces résultats sont dans la même lignée que le dernier sondage pancanadien de satisfaction des étudiants aux cycles supérieurs, où le taux de satisfaction de nos étudiants à l’égard de leurs études et de leur relation avec leur superviseur était plus élevé que celui de la moyenne canadienne », a souligné M. Beauregard.

Des collaborations prometteuses

L’AELIÉS est optimiste quant aux ajustements qui pourraient être apportés à la situation actuelle par l’Université Laval. Pierre Parent Sirois, président sortant de l’AELIÉS, sent que la situation est prise au sérieux. « Nous nous sommes rapidement tous mis en mode solution. Nous souhaitons réitérer notre volonté de collaborer activement avec tous les acteurs impliqués dans le but d’améliorer les balises de cette dimension propre aux cycles supérieurs. » a mentionné le président.

L’Université et les facultés ont le devoir de mettre en place des mesures pour appuyer la réussite des étudiants ou d’améliorer celles existantes. Elles ont également la responsabilité de former les professeurs et les étudiants dans l’optique d’accroître les bénéfices d’un encadrement de qualité.

Voici quelques-unes des recommandations :

Recommandation 1: Que l’Université Laval rende obligatoire la ratification et la signature d’une entente d’encadrement entre tous les étudiants.es aux cycles supérieurs et leur direction de recherche.

Recommandation 4: Que chaque étudiant.e ait un comité d’encadrement composé d’au moins trois membres, s’il n’y a pas de codirection de recherche : la direction de recherche et deux membres sélectionnés à la discrétion de la direction et de l’étudiant.e. Dans le cas où l’étudiant.e a une codirection de recherche, le comité d’encadrement sera composé de quatre membres.

Recommandation 8: Que l’étudiant.e fasse un bilan écrit de l’état d’avancement de son projet de recherche au moins une fois par année et en fasse la présentation à son comité d’encadrement. Ce rapport doit également contenir un plan de travail pour les sessions suivantes, les rôles de la direction de recherche et de l’étudiant et la fréquence des rétroactions.

Recommandation 9: Que le comité d’encadrement fasse l’analyse et l’évaluation du rapport et transmette des recommandations visant à favoriser le cheminement de l’étudiant.e.

Recommandation 13: Qu’une formation obligatoire soit donnée aux directions de recherche concernant l’encadrement des étudiants.es aux cycles supérieurs et que cette formation soit préalable à l’acquisition du statut de professeur.e agrégé.e.

Pour consulter le mémoire : http://aelies.ulaval.ca/enjeux/34/encadrement