Dans le cadre de la semaine de la coopération, le pavillon Alphonse-Desjardins a accueilli, le 17 octobre dernier, l’Expo Coop 2018. L’événement rassemblait 17 kiosques représentés par différentes coopératives. Les membres de la communauté universitaire ont pu découvrir des entreprises qui se soucient du bien-être collectif et du bien-être de la planète.

Auparavant, l’événement se déroulait au pavillon Palasis-Prince. « Avec la Faculté des sciences de l’administration, on voulait faire ça ici [au pavillon Alphonse-Desjardins], pour aller chercher des gens de différentes Facultés », indique le professeur à la Faculté des sciences de l’administration et membre du comité organisateur d’Expo Coop 2018, Luc Audebrand.

Pour la troisième édition, les membres du comité organisateur ont tenté une nouvelle approche. « Il faut dire aussi qu’on a un peu revu l’image [de l’événement]. On y a mis un nom, Expo Coop 2018. Chaque année ça va être un peu le même nom qui va revenir, mais avec un thème différent. C’est en quelque sorte le premier d’une série », explique Mikaële Rochette Moisan, également membre du comité organisateur d’Expo Coop 2018.

Sensibiliser les gens

Expo Coop 2018 avait notamment pour but d’amener les membres de la communauté universitaire à découvrir davantage l’univers des coopératives. « C’est un peu pour ça

qu’Expo Coop est là, c’est pour sensibiliser les gens », souligne Mme Rochette Moisan.

L’événement a également comme mission de faire connaître plusieurs entreprises d’économie sociale. « Ce qu’on essaie de faire à travers cet événement-là, c’est de montrer qu’on est véritablement capable de vivre d’une économie alternative, qui est plus propre, plus égalitaire et plus équitable. Il faut que chaque personne, en tant que consommateur, s’en rende compte », mentionne M. Audebrand.

En plus des deux conférences offertes par Diego Cremier et Pierre-Yves McSween, Expo Coop 2018 a opté pour la formule de conférences de types éclair. Parmi les exposants, trois d’entre eux ont présenté aux participants la mission et les différents objectifs de leur entreprise. Le zéro déchet, l’agriculture locale de même que le logement coopératif étudiant ont été abordés par les coopératives le Haricot Magique, La Mauve et l’Utile.

L’économie sociale, l’avenir de l’économie ?

Selon le professeur Luc Audebrand, plusieurs données montrent la durabilité des coopératives en tant qu’entreprise. « Après un certain nombre d’années, il y en a moins qui font faillite. Elles sont plus résilientes, parce qu’elles sont ancrées dans leur communauté et qu’elles répondent à des besoins », souligne-t-il.

Le consommateur joue aussi un rôle clé au sein du concept d’économie sociale afin d’assurer sa pérennité. « Alors si toi comme consommateur tu crois que le type d’organisation avec qui tu fais affaire est important, tu as une alternative pour presque tous tes achats. En plus, ça ne sera pas nécessairement plus cher, mais tu t’assures que l’entreprise avec laquelle tu fais affaire a à cœur ta communauté », ajoute M. Audebrand.