Le temps des Fêtes est bien reconnu pour sa forte propension à rassembler des gens autour de grands repas. À chaque culture ses fêtes respectives et ses particularités alimentaires, mais on peut généralement affirmer qu’on dépose sur la table des mets particulièrement copieux et diversifiés. Second article de deux autour de la surconsommation.

Par Sabrina Boulanger, journaliste multimédia

 

Manger c’est un moment inédit de partage : c’est s’asseoir ensemble et discuter, rire, se réjouir de la chance que l’on a de s’avoir et d’avoir devant nous une assiette remplie. C’est tout banal, puisque si fréquent, mais aussi spécial à chaque fois, puisque c’est une période d’échange entre les membres d’un ménage ou d’une famille qui contribue à renforcer des liens sociaux importants. Et pendant les vacances de Noël, en temps normal disons, c’est un cercle pas mal plus grand que l’on fréquente autour de la table. C’est aussi dire que l’on multiplie les festins et les réceptions, où l’on sort nos meilleures recettes et où l’on gâte nos hôte.sse.s et convives.

Quelle est la proportion des aliments qui poussent dans un champ qui termineront leur vie dans notre ventre? Les statistiques sont choquantes : au Canada, c’est 58% de toute la nourriture produite qui finira à la poubelle. Ce nombre exprime des pertes qui englobent deux catégories – la première concerne les aliments perdus depuis la récolte jusqu’à la vente (celle-ci non comprise) et la seconde est le gaspillage alimentaire à partir du commerce jusqu’au consommateur. Plus largement, ce ne sont pas que les denrées jetées qui sont gaspillées; ce sont aussi toutes les ressources, l’argent, la main-d’œuvre qui ont contribué à leur production que l’on doit considérer perdus. Dans un monde où il existe beaucoup de précarité alimentaire, n’est-il pas aberrant que tant de nourriture ne soit pas consommée?

Par ailleurs, en 2018 au Québec, Recyc-Québec estimait que le taux de déchets organiques recyclés au niveau municipal était de l’ordre de 35%. On peut expliquer une croissance du compostage par le décuplement des municipalités qui ont intégré le bac brun à leur système de gestion des déchets. Par contre, de ce 35% des résidus verts et alimentaires des villes, seulement 29% seront compostés tandis que 69% seront éliminés.

L’Organisation pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) propose six conseils afin d’éviter le gaspillage alimentaire particulièrement exacerbé durant le temps des Fêtes:

 

1-     Soyez réaliste – Planifiez à l’avance et ne préparez pas à manger pour 50 personnes si seulement 5 personnes participent à votre dîner.

2-     Congelez les restes ou offrez-les à vos invités – Si vous cuisinez une trop grande quantité de nourriture, incitez vos invités à en ramener chez eux. Et s’il reste de la nourriture, mettez là rapidement dans le congélateur pour être en mesure de la consommer à un autre moment. D’une manière générale, la nourriture ne doit pas être laissée à la température ambiante pendant plus de deux heures.

3-     Utilisez les restes lors du déjeuner ou du dîner du jour suivant – Il existe de nombreuses recettes créatives sur Internet à base de restes. En effet, plusieurs plats tels que les casseroles, le goulash, le fattoushe et la panzanella sont nés de la volonté de ne pas gaspiller les fruits, les légumes ou même les surplus et le pain. Assurez-vous de stockez les restes dans le réfrigérateur et consommez-les le plus rapidement possible.

4-     Terminez vos restes avant de cuisiner un nouveau plat – Le réflexe de préparer quelque chose de différent pour chaque repas est assez répandu, mais avant de cuisiner un nouveau plat, vérifiez qu’il ne reste pas quelque chose de déjà cuisiné et qui peut être encore consommé sans risque que vous pouvez finir. Vous pouvez également élaborer un nouveau plat en utilisant vos restes. Pensez simplement à éviter de réchauffer de la nourriture et de la remettre dans le réfrigérateur plus tard.

5-     Permettez à vos invités de se servir eux-mêmes afin qu’ils puissent choisir la quantité de nourriture qu’ils désirent – Même s’il est très agréable de servir ses hôtes, ces derniers ne seront pas en mesure d’évaluer la quantité qu’ils veulent consommer, et ils mettront généralement de côté tout ce qui est de trop. Permettre à ses invités de se servir eux-mêmes signifie qu’ils peuvent choisir la quantité de nourriture qu’ils veulent manger. (Voici une astuce pour les invités: lorsque l’on vous demande de vous servir lors d’un repas, ne prenez pas plus que ce que vous êtes en mesure de manger.

6-     Donnez ce que vous n’utilisez pas – Si vous achetez des boîtes de conserve, des produits séchés ou d’autres denrées alimentaires non périssables qui peuvent être donnés, il existe de nombreux organismes caritatifs locaux qui seront heureux d’accepter ces produits. Vérifiez sur Internet s’il existe des lieux près de chez vous qui acceptent des dons alimentaires.