Actuaire, comptable, fiscaliste, analyste programmeur, chargé de projet, ces mots s’inscrivent parmi les carrières qui vous intéressent? Vous orientez votre parcours professionnel vers le service-conseil ou encore vous êtes passionnés de TI? Découvrez deux entreprises d’envergure qui embauchent chaque année des étudiants et finissants de l’Université Laval et qui offrent des opportunités pouvant correspondre à vos aspirations. Saisissez leurs attentes, leurs spécificités et apprenez ce qu’ils attendent… de vous!

Anne St-Louis-Courville

Troisième arrêt sur quatre : Mallette et CGI

CGI, 37 ans d’existence

Avec ses 69 000 professionnels répartis aux quatre coins du globe, CGI offre des services-conseils en technologies de l’information (TI) et en gestion des processus d’affaires.

Mallette : 24 bureaux au Québec

Société de comptables professionnels agréés, l’entreprise regroupe un cabinet d’experts en services financiers et en avantages sociaux ainsi que des syndics de faillite. Elle offre aussi des services-conseils.

À retenir!

Si vous souhaitez obtenir un emploi chez Mallette, postulez dès la fin de votre première année de baccalauréat, avant le 30 juin de chaque année. Advenant le cas où votre tentative serait fructueuse, l’entreprise vous offrira, en cours d’étude, deux stages ainsi qu’une bourse d’une valeur de 8000 $. Le cabinet embauche environ 20 stagiaires par année au sein de ses 5 unités d’affaire.

Sortir du lot

Mallette : implication communautaire, sport, voyages et connaissances en TI

Pour optimiser vos chances de faire carrière chez Mallette, impliquez-vous dans votre communauté! En effet, comme en témoigne la liste des activités dans lesquelles l’organisation est impliquée (http://www.mallette.ca/), l’engagement social fait partie intégrante de sa culture.

Vous pratiquez un sport? Vous augmentez ainsi vos chances de vous démarquer. Aux yeux de Julie Béland, coordonnatrice des ressources humaines pour l’unité d’affaires Québec-Mauricie, conjuguer études et sport requiert de la rigueur, de la discipline et de la persévérance, aptitudes très valorisées par la société comptable.

Les globe-trotteurs devraient mettre en valeur les séjours et les sessions universitaires passés à l’étranger. « Je trouve intéressant de savoir qu’un candidat a voyagé. Je considère que cela démontre une volonté d’apprendre et l’aptitude à s’adapter. »

Sans être un prérequis, la connaissance de systèmes informatiques utilisés dans l’entreprise comme CaseWare, pour les états financiers, et Taxprep, pour ce qui est des rapports d’impôts, peut être un atout.

CGI : événements professionnels, réseautage et concours

Le recruteur que nous avons rencontré encourage les futurs candidats à participer à des événements d’ordre professionnel dans leur sphère d’activité, telles des formations. Pour quelle raison cela peut-il vous donner une valeur ajoutée? « Parce qu’avoir de la passion dans son domaine est très important. Le dire c’est une chose, le vivre et s’y investir dans son temps personnel en est une autre. » Pour les mordus d’informatique, étalez vos compétences lors de rassemblements comme le Challenge Pixel et le HackFest, qui aura d’ailleurs lieu les 8 et 9 novembre prochains. Visitez le http://www.hackfest.ca/ pour vous y inscrire.

En outre, vous n’êtes pas sans savoir que les 5 à 7 regroupant des professionnels de votre milieu vous permettent de réseauter, une activité particulièrement importante dans le domaine des affaires. « Ce qui se produit, c’est que nous rencontrons beaucoup d’étudiants qui réseautent entre eux. Ils connaissent très bien la cohorte d’avant et celle d’après, mais ils doivent essayer de sortir du cocon universitaire, de rencontrer d’autres personnes, de se faire connaître au sein du milieu des affaires. »

Il souligne enfin que c’est par le biais de la participation à des concours, entre autres au niveau du MBA, que les étudiants pourront se donner une expérience pertinente et obtenir une très belle visibilité pour se trouver un emploi par la suite. Le Concours International d’Étude de Cas MBA John Molson en est un bon exemple. Ce genre d’épreuve permet de mettre en application les théories vues dans les cours et de développer un vocabulaire technique plus élaboré. « Parler le même langage que la personne que vous rencontrez donne énormément de poids dans une entrevue. »

Ai-je les qualités nécessaires?

Ce que recherche Mallette à l’embauche, ce sont des gens volontaires, dynamiques, efficients et rassembleurs, qui ont une facilité d’intégration certaine. Mme Beland recherche d’abord une personnalité qui corresponde aux valeurs et à la culture de l’organisation.  « L’intégrité et la rigueur sont aussi des valeurs très importantes, compte tenu que nous avons des normes strictes à respecter. Aussi, nous souhaitons que les gens reconnaissent la signature de Mallette et que nos employés intègrent notre caractère volontaire, dynamique. »

Pour CGI, l’approche client occupe une place centrale dans la profession de conseiller. « Que l’on soit du côté affaires ou développement technologique, nous restons des consultants et sommes toujours en clientèle. Donc, il importe d’avoir ce qu’il faut pour entretenir une relation client de qualité. » Incontestablement, le futur consultant devra avoir une capacité d’adaptation très développée et démontrer un sens de l’écoute et de l’analyse prononcé. « Il faut prendre le temps de connaître l’organisation. Un bon consultant va comprendre son mandat, mais va également saisir quelle est la problématique qui se situe derrière celui-ci. »

Attention! Surtout, retenez qu’il ne faut pas vous travestir. Le conseiller en recrutement exprime cette recommandation de façon imagée: « Vous avez une personnalité, une saveur, vos propres couleurs, nous voulons apprendre à vous connaître. »

Se préparer (encore) à la question qui tue

Lors d’une entrevue chez l’une ou l’autre des deux entreprises, vous devrez vous attendre à une question plus originale que « nommez-moi deux de vos défauts et deux qualités » pour mieux vous connaître. « Souvent, je vais plutôt demander à un candidat comment il est reconnu dans son milieu. À ce moment, je dirais au chercheur d’emploi de toujours fournir des exemples pour venir appuyer ses propos. » En effet, Mme Béland emploiera davantage la formule suivante pour connaître quelle sont vos limites : « Je vais plutôt demander au candidat quelle formation il souhaiterait suivre pour approfondir ses connaissances ou améliorer ses pratiques. Cela finit souvent par faire ressortir un point qui devra être à travailler. »

Dernières recommandations :

  • Sachez que lors d’une entrevue chez Mallette une question est posée en anglais, alors réchauffez-vous!
  • Si vous allez rencontrer les recruteurs de CGI pour un travail de consultant au niveau des affaires, optez pour le complet-cravate. Idéalement, dans une foire de l’emploi, privilégiez aussi une tenue soignée.
  • À la question : « Y a-t-il un gain à être sur LinkedIn? », notre interlocuteur de chez CGI répond par « Oui! » Pourquoi donc ne pas vous créer un compte tout de suite?

Curieux ?

Le Concours International d’Étude de Cas MBA John Molson. Consultez le http://mbacasecomp.com/fr/ pour obtenir plus d’informations sur ce défi colossal !

Utile!

Saviez-vous qu’il y a actuellement une importante pénurie de main-d’œuvre en TI ? De nombreuses opportunités de carrière sont à votre portée.

Pourquoi cette photo ?

Parce qu’elle regroupe quatre diplômés et une étudiante de l’Université Laval, qui sont tous à l’emploi de CGI. Ils ont poursuivi leur formation en administration des affaires, en communication publique, en relations industrielles et en traduction. De gauche à droite, Félix Caron est technicien en ressources humaines depuis 2012, Vanessa Leonardi est consultante et fait partie de l’équipe gagnante du Concours John Molson en 2012, Chloé Déry-Drolet est technicienne en sécurité fédérale et Joëlle Audet-Robitaille est conseillère en communication après avoir été auxiliaire de recherche pour le Centre d’études sur les Médias. Enfin, Julie Falardeau occupe la fonction de traductrice.