Malgré un refus des étudiants de 1er cycle de financer le projet lors du référendum de la session dernière, la CADEUL ouvrira les portes de sa halte-garderie en avril prochain.

« On a eu un appel du ministère de la Famille avant de partir en vacances pour dire que finalement, ce serait possible pour notre projet de voir le jour en 2015. On a remis la machine en marche en quatrième vitesse », se réjouit Caroline Aubry, présidente de la CADEUL.

Il faut dire que le projet de halte-garderie pour les parents étudiants a connu son lot de rebondissements depuis sa création en 2007. En février 2014, le ministère de la Famille avait octroyé le financement nécessaire à l’association étudiante qui demandait, conjointement avec le CPE La Petite Cité, l’obtention de 50 places subventionnées. Cela devait se mettre en place d’ici 2015-2016.

Le changement de gouvernement en avril 2014 a toutefois changé la donne. Dans le dernier budget gouvernemental, la CADEUL apprenait « que les 15 000 nouvelles places en CPE promises par le Parti québécois seraient finalement octroyées graduellement jusqu’en 2020 », rappelait Caroline Aubry, en septembre dernier.

La CADEUL avait alors laissé les étudiants de 1er cycle se prononcer sur leur volonté de subventionner par eux-mêmes ce projet lors du référendum sur la hausse des cotisations étudiantes de la session passée. La réponse avait été sans appel : seuls 40 % des étudiants avaient répondu favorablement. Et sans subvention externe, la CADEUL ne pouvait à elle seule soutenir le projet.

Grâce à ce soudain appel du ministère de la Famille, « ce sera possible d’avoir les subventions pour cette année », affirme la présidente de la CADEUL. Grâce à cela, la demi-journée devrait coûter environ 3,50 $ aux parents étudiants, contre 16,50 $ s’il n’y avait pas eu les places en CPE. L’association a obtenu 50 places : 10 poupons et 40 de plus de 18 mois, avec un minimum de 20 places à horaire atypique. « La garderie sera ouverte à l’ensemble de la communauté universitaire mais la priorité sera donnée aux étudiants indépendamment de leur cycle d’études », précise Caroline Aubry.

Rappelons que la CADEUL souhaite offrir un service de garde adapté à la réalité universitaire, avec des horaires atypiques et un mode d’inscription flexible.

Cette halte-garderie devrait ouvrir ses portes dès avril prochain et le processus d’inscription débutera au début du mois de mars.