C’est officiel : une nouvelle halte-garderie ouvrira ses portes sur le campus principal de l’Université Laval.

Mireille Lemieux

Vendredi dernier, la population étudiante apprenait l’heureuse nouvelle via un communiqué de presse de la CADEUL. C’est grâce à l’octroi du financement nécessaire par le Ministère de la Famille que le projet s’est concrétisé.

Proposé conjointement par la CADEUL et le CPE La Petite Cité, la demande d’obtention de 50 places subventionnées a été acceptée. La halte-garderie sera exclusivement réservée aux parents étudiant à l’Université Laval.

Elle offrira un service de garde adapté à la réalité universitaire; des heures d’ouvertures la fin de semaine et les soirs et un mode d’inscription flexible. Située au PEPS, ses locaux s’étendront autour de l’ancienne localisation du Sports Experts.

La création d’une halte-garderie a été accueillie avec soulagement chez les parents étudiant à l’Université Laval. Dès la diffusion du communiqué de presse, la CADEUL a reçu plusieurs appels. Le service de halte-garderie répond à une demande formulée par l’Association des Parents Étudiant ou Travaillant de l’Université Laval (APÉTUL) depuis plusieurs années.

L’objectif est double : désengorger les listes d’attente pour les parents qui s’accommodent avec l’horaire usuel et faciliter la conciliation entre les études et la famille pour les parents avec des besoins particuliers. «L’attente pour obtenir une place auprès des deux CPE du campus principal est de plus de deux ans », mentionne Guy-Aume Descôteaux, président de la CADEUL.

Puisqu’ils ne bénéficient pas de priorité sur la liste d’attente, les parents terminent souvent leurs études universitaires avant de pouvoir confier leur progéniture aux CPE de l’Université Laval. Actuellement, les enfants du personnel de l’Université occupent 60% des places subventionnées.

Le projet halte-garderie est mis de l’avant par la CADEUL en 2008. En l’échange d’une contribution au financement de l’agrandissement du PEPS grâce à une cotisation spéciale de 5$ par étudiant, l’Université Laval accepte d’accorder un local destiné au fonctionnement d’une halte-garderie.

La CADEUL met sur place un partenariat avec le CPE de la Petite Cité afin d’augmenter la possibilité d’obtenir le financement gouvernemental. Possédant déjà une expertise dans le domaine, le CPE de la Petite Cité tient également au développement d’une halte-garderie sur le campus principal. « Le principal avantage au niveau de l’obtention de places subventionnées, c’est le gage de qualité qu’entraîne l’étroite réglementation et l’accès aux ressources pédagogiques du Ministère de la Famille », souligne Geoffroy Boucher, le VP Finances de la CADEUL.

C’est la CADEUL qui financera les travaux d’aménagement des locaux du PEPS afin de d’accueillir la halte-garderie au début de la session d’automne. La délivrance du permis de garde est conditionnelle à l’approbation des lieux par le Ministère de la Famille. Le CPE de la Petite Cité se chargera de l’opération des lieux, bien que la CADEUL et l’APÉTUL conservent des sièges sur le conseil d’administration.

Pour les usagers de la halte-garderie, la garde d’une durée de quatre heures au coût de 3,50$ sera possible tous les jours de l’avant-midi, de l’après-midi et du soir. L’inscription pour les périodes complètes se fera avec le Bureau d’inscription sur une liste d’attente centralisée (BILA).

La vocation occasionnelle de la halte-garderie sera conservée par l’interdiction d’inscrire son enfant à plus de six périodes par semaine. « Avec la formule de halte-garderie, les 50 places subventionnées donneront un coup de main à beaucoup plus que 50 parents », remarque Guy-Aume Descôteaux.