Le Sacrement

Évaluer les promesses du gouvernement : c’est possible ! Après les versions Harper et Marois, l’équipe du Polimètre, composée de chercheurs du Centre d’analyse des politiques publiques (CAPP) de l’Université Laval, se penche sur le cas du gouvernement libéral de Philippe Couillard.

Le Polimètre Couillard fonctionne sur le même principe que ses prédécesseurs. Il s’agit d’un outil interactif qui catégorise la réalisation des différentes promesses électorales du gouvernement en place. Celles-ci sont classifiées en quatre catégories soit les promesses « réalisées », « en voie de réalisation ou partiellement réalisées », « en suspens » et « rompues ».

Dans le cas du gouvernement du Parti libéral de Philippe Couillard, l’équipe du Polimètre a répertorié, à l’aide d’une rigoureuse méthodologie, 147 promesses électorales. Elles ont été trouvées dans les communiqués émis par le parti et dans sa plate-forme électorale.

Encore faut-il distinguer ce qu’est une promesse électorale. « C’est une question de méthodologie. Il y a tout un regroupement international qui s’intéresse à cette question et on s’est entendu sur une interprétation commune de ce qu’est une promesse. C’est quelque chose qui permet au chercheur de déterminer, seulement en lisant l’énoncé, si éventuellement cette promesse sera tenue ou pas. On tente d’éliminer toute forme de subjectivité », explique François Pétry, directeur du Département de science politique de l’Université Laval et initiateur du projet Polimètre. En résumé, pour qu’un énoncé soit qualifié comme étant une promesse, il doit y avoir un engagement clair de la part du parti à la réaliser au courant de son éventuel mandat.

Au-delà de la classification, le Polimètre Couillard est un outil complet qui pousse l’analyse beaucoup plus loin. Il est possible de consulter les différentes citations reliées aux promesses et à quels domaines politiques elles sont rattachées; on peut également observer le statut des promesses par domaine. Pour ceux qui recherchent quelque chose de plus précis et de chronologique, il est possible de voir la variation dans le temps de la réalisation des engagements du gouvernement Couillard. Et si certains veulent explorer plus loin encore, la source de chaque citation retenue est mentionnée. La méthodologie utilisée et des éléments supplémentaires de recherche sont également disponibles.

Informer le public

Avec le Polimètre, François Pétry et son équipe du CAPP ont deux grands objectifs. Le premier est de créer une base de données et un outil de recherche qui cherche à répondre à certaines questions concernant les engagements électoraux. Le second objectif est d’informer le public.

« On constate que le public n’est pas informé politiquement, donc on pense qu’on a la mission de le faire », indique le professeur. « Ce n’est pas qu’il est mal informé, mais qu’il est peu informé sur les promesses et leurs réalisations. Si on pose la question dans la rue à savoir qui a lu la plate-forme du Parti libéral, on se rendra compte qu’environ 1% des répondants auront eu la curiosité d’aller la voir », ajoute-t-il.

L’équipe croit que l’objectif de communication du Polimètre est en partie atteint, même s’il y a encore des améliorations à faire. La couverture médiatique du projet s’améliore de plus en plus et la plupart des médias de la région commencent à s’y intéresser. Malgré la popularité croissante du Polimètre, l’outil est encore perfectible.

« C’est un outil qui est encore très centré sur la plate-forme électorale et qui ne tient pas encore compte de certains facteurs externes comme le rôle des médias et les déclarations imprévues en cours de mandat. Nous allons assurément remédier à tout ça, même si ceci est dû en partie à un manque de ressources », commente François Pétry.

Des promesses tenues pour Couillard ?

Quels sont les pronostics pour le gouvernement Couillard sur le plan des promesses tenues? Le professeur Pétry croit que le bilan sera positif, mais nuance toutefois son propos.

« Je crois que dans le cas de Philippe Couillard, il y aura au moins le deux tiers des promesses qui seront tenues. Dans ses 4 premiers mois de mandat, il a réalisé entièrement ou en partie 35% de ses promesses. Je qualifierais le tout en disant qu’il y a beaucoup de promesses qui seront tenues, car elles sont pour la plupart faisables et peu ambitieuses. Le gouvernement sait qu’elles sont facilement réalisables en cours de mandat », déclare-t-il.

Pour en avoir le cœur net et pour suivre l’évolution du gouvernement en terme de promesses électorales, visitez la page poltext.org/fr/polimetre-couillard.