Rosa Parks, Frida Kahlo, Marie Curie, George Sand … Qui n’a jamais eu vent du nom de ces quelques femmes qui ont marqué l’histoire par leurs actes, leurs paroles ou leur plume ?

Sensibiliser dans un contexte propice à la discussion, c’était le mandat principal de la première édition de l’événement La journée des femmes, organisé le 13 mars dernier par l’association des féministes en mouvement de l’Université Laval (FEMUL), en collaboration avec la CADEUL.

Un défi que Nora Legrand, coordinatrice de l’association féministe, a pris plaisir à relever avec toute son équipe. « Ce n’était pas de tout repos, mais je trouve ça merveilleux de pouvoir donner la parole aux femmes dans une journée qui leur est consacrée pour qu’elles abordent leur succès, mais aussi leur bataille. Nous voulions vraiment qu’il y ait un événement sur le campus autour de cette thématique qui s’adresse aux étudiants malgré le fait que la journée internationale de la femme était une semaine avant, malheureusement en pleine semaine de lecture. »

Au programme : des conférences interactives, des quiz et des revues littéraires. Pour les participantes, c’était un moyen simple de rendre honneur aux femmes dans toute leur diversité tout en renforçant ses propres connaissances. « On voulait avoir de la variété dans les disciplines, c’est pourquoi on a aussi invité des organismes communautaires : le projet L.U.N.E qui s’occupe des travailleuses du sexe et des femmes itinérantes et le centre communautaire de femmes de la Basse-Ville. »

Une collecte de fonds

Pour l’occasion, une collecte de fonds entièrement basée sur le volontariat des visiteurs était mise en place pour contribuer à l’enrichissement de ces organismes communautaires venant en aide aux femmes marginalisées. « Il y avait aussi un petit plus pour cette première édition, un appel au don pour le projet L.U.N.E dans la mesure où ils n’ont plus de financement et vont devoir peut-être fermer. Les visiteurs n’étaient obligés en rien à donner quelque chose. Nous avions juste mis une petite boite à l’entrée dans laquelle ils pouvaient poser leurs dons. Le projet L.U.N.E est un organisme important, car il répond aux besoins de femmes marginalisées qui n’ont parfois pas d’endroit où aller. »

Pour clôturer cette journée, un 5 à 7 de femmes engagées a permis d’entendre trois femmes qui ont évoqué leur parcours en lien avec le féminisme. « Nous avons voulu donner la parole à des femmes engagées que nous considérons comme la relève féministe. C’était une façon de bien finir la journée tout en conservant la thématique principale qu’est la femme. »