Sophie D’Amours, la rectrice de l’Université Laval, a été nommée à l’Ordre du Canada pour son leadership académique et scientifique à la tête de projets de recherche transdisciplinaires. Lors d’une entrevue accordée à Impact Campus, la principale intéressée se dit « surprise », mais « honorée ».

À la fin décembre, la nouvelle gouverneure générale du Canada, Julie Payette, a revélé les noms des 125 nouveaux membres de l’Ordre du Canada, l’une des plus prestigieuses distinctions civiles au Canada. Les nominations sont faites par la gouverneure générale selon les recommandations du Conseil consultatif de l’Ordre.

L’Ordre du Canada « reconnait des réalisations exceptionnelles, le dévouement remarquable d’une personne envers la communauté ou une contribution extraordinaire à la nation », explique le site officiel de la gouverneure générale.

Pour la rectrice de l’Université Laval, cet honneur personnel ne serait pas envisageable sans les nombreux collègues qui l’ont aidé au cours de sa carrière. « Moi je dis que c’est un honneur à l’ensemble de gens avec qui j’ai fait plein de choses dans ma vie, avec qui j’ai collaboré », indique-t-elle.

La professeure au Département de génie mécanique ajoute qu’il est très positif qu’au Canada, on considère la science et la recherche comme de grands moteurs de progrès. « À ce moment de la vie de l’humanité, plus que jamais on a besoin d’éclairage, de science. Apprécier le travail des scientifiques et de le considérer comme important, c’est rassurant », estime Sophie d’Amours.

Une demi-année 2017 unique

En poste depuis le 1er juin 2017, la première femme rectrice de l’Université Laval affirme que l’expérience est plus que stimulante et qu’elle est fière d’avoir été témoin de la vitesse à laquelle le campus s’est relevé de plusieurs grands défis. Comme exemple, elle mentionne les efforts qui ont été faits autour de la question du harcèlement et des violences sexuelles, un plan qui devient une référence au Québec et ailleurs dans le monde, soutient-elle.

Elle ajoute être très fière de l’importante mobilisation autour de la planification stratégique de l’automne dernier. Il y a eu une forte participation lors des consultations publiques, mais aussi plus de 300 contributions en ligne. « C’est exceptionnel », témoigne Sophie D’Amours, soulignant que le plan stratégique sera rendu public en février.

La rectrice désire aussi féliciter la communauté universitaire pour sa participation à la semaine du mieux-être, tenue en octobre dernier. «. Il faut être heureux à l’Université Laval, il faut travailler fort, il faut livrer, il faut être efficace, mais il faut avoir un environnement qui est sain. On va continuer de travailler là-dessus », confirme-t-elle. La participation de l’Université à la Semaine mondiale de l’entrepreneuriat est aussi une belle réussite. Plus de 950 étudiants ont participé et ils ont valorisé le concept d’entrepreneur responsable, un élément important pour l’UL.

Trois professeurs « Officiers de l’Ordre » 

Parmi les autres nominations, trois professeurs de l’Université Laval recevront les mêmes honneurs que la rectrice. Les professeurs Gérard Duhaime, Sylvain Moineau et André Parent sont les récipiendaires. Pour la rectrice, savoir qu’à l’Université Laval, il y a quatre nominés, « c’est une très belle reconnaissance ».

Gérard Duhaime est professeur titulaire au Département de sociologie. Il est récompensé en grande partie pour son impact sur les conditions socioéconomiques dans les collectivités nordiques. De son côté, Sylvain Moineau est professeur de microbiologie et titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur les bactériophages. Il est honoré pour ses contributions dans le domaine des bactériophages et « des systèmes liés à une technologie d’édition des génomes », mentionne la Faculté de sciences et génie de l’UL. Finalement, André Parent est professeur au Département de psychiatrie et de neurosciences. Ce sont ses travaux sur la compréhension des structures anatomiques fondamentales du cerveau et de leurs fonctions qui lui ont valu cet honneur.

Les nouveaux nominé(e)s recevront leur insigne lors d’une cérémonie qui se tiendra à Rideau Hall au cours de l’année 2018.