La presse anglophone de Montréal a beaucoup commenté le départ la rectrice de l’Université Concordia Judith Woodsworth. Seulement deux ans après son entrée en poste, la rectrice a annoncé son départ le 22 décembre. C’est la deuxième fois en quatre ans que la personne à ce poste démissionne après peu de temps. En 2007, Claude Lajeunesse annonçait son départ après deux ans en poste également.

Les deux recteurs sont partis de Concordia empochant ensemble des primes de départ totalisant 1,7 million. On parle beaucoup des mauvais choix du conseil d’administration. Un professeur du Département de religion de l’université, Donald L. Boivert, parle de la mauvaise foi du C.A. qui ne nomme pas des dirigeants qui connaissent bien l’«âme» de l’université.

Il explique qu’au sens légal, l’Université Concordia est peut-être représentée par les membres du conseil d’administration, mais qu’au bout du compte, ce sont bien les étudiants, les professeurs et les membres des facultés qui donnent réellement une âme à cet établissement d’enseignement.