L’éditeur de La Quête, Pierre Maltais, n’a pas hésité à offrir le poste à l’étudiante. «Isabelle fait partie de notre équipe de rédaction depuis trois ans et elle a prouvé qu’elle détient les qualités nécessaires pour devenir rédactrice en chef», a-t-il indiqué. «Elle est rigoureuse en plus d’avoir de bonnes valeurs sociales, ce qui est essentiel pour un magazine de rue comme le nôtre», a-t-il poursuivi.

La Quête est un magazine mensuel exclusivement vendu dans les rues de Québec.  Sa mission première est de donner du travail à des personnes en situation de difficulté, itinérantes ou non, en leur offrant la possibilité de devenir camelot. Cette forme de réinsertion sociale leur permet de gagner un dollar par  exemplaire vendu. Actuellement, environ 25 camelots travaillent pour La Quête.

Isabelle Noël s’est dite surprise par l’offre de Pierre Maltais. Elle a aussi reconnu qu’elle a pensé à sa carrière en acceptant le poste. Mais elle a tenu à préciser que attachement à la publication y était pour beaucoup. «Je sais que cela m’apportera des opportunités incroyables, mais je me lance surtout dans l’aventure parce que je crois en la mission sociale de la publication», a-t-elle affirmé.  

Le magazine donne aussi la parole aux plus démunis. Le but est de leur permettre de retrouver une place dans la société et de développer leur estime de soi. Les thèmes abordés par La Quête touchent surtout les problématiques sociales qui concernent les personnes les moins favorisées.

Tous les journalistes de La Quête y participent de façon bénévole. Isabelle Noël ne sera donc pas rémunérée pour une tâche qui lui demandera environ 15 heures par semaine. «Je ne vois pas ça comme une obligation, mais plutôt comme une façon de faire ma part pour aider les plus démunis. Je dormirai plus tard dans ma vie», a-t-elle ajouté à la blague.

Augmenter la visibilité  
Questionnée à savoir ce qu’elle souhaiterait apporter au magazine en tant que prochaine rédactrice en chef, Isabelle Noël a exprimé son désir d’augmenter la visibilité de celui-ci. «J’aimerais accroître sa popularité pour élargir notre aide», a-t-elle mentionné. «Plus nous en vendons, plus nous rendons service aux personnes en difficulté», a-t-elle précisé.   

L’étudiante sera appelée à remplacer de grosses pointures. Au cours des dernières années, le poste a été occupé par Jacques Dumais, éditeur de la section internationale du journal Le Soleil et par Martine Corrivault, ancienne journaliste également au Soleil. Mme Noël ne se sent pas pour autant plus nerveuse. Elle estime qu’elle sera «très bien encadrée» par l’équipe de La Quête.  
 
À l’heure actuelle, le magazine mensuel est tiré à 2000 exemplaires par édition. À titre comparatif, son cousin de Montréal, L’Itinéraire, est un bimensuel et est tiré à 14 000 copies par édition.