Selon M. Blanchette, le litige opposant l’entreprise privée Canadien National (CN) et le ministère des Transports du Canada, qui dure depuis 2007, commence à compromettre sérieusement l’entretien du pont. Le dossier, qui est toujours devant les tribunaux, cherche à déterminer qui devra assurer la gestion, l’entretien et la réfection du pont.

Le député néodémocrate reprend ainsi le travail amorcé par Pascal-Pierre Paillé, ex-député bloquiste dans Louis-Hébert, qui avait déposé une motion en Chambre lors de son mandat. Il avait travaillé à faire adopter, le 26 février 2009, une résolution par la Communauté métropolitaine de Québec, stipulant que le CN devait tenir son engagement de compléter la réfection complète du pont. Mais le CN refuse toujours d’honorer son engagement, estimant qu’il revient au gouvernement du Canada d’en payer les frais.

Denis Blanchette n’accepte tout simplement pas qu’on laisse actuellement l’état du pont se détériorer. « C’est un joyau architectural, mais aussi un pont publique. Et en ce moment, ce ne sont que les entretiens minimaux qui sont faits », s’insurge-t-il.  « Nous allons arriver avec des propositions à la Chambre des communes prochainement », a-t-il promis.

Le dossier était devenu une priorité pour la plupart des candidats de la circonscription aux élections de mai 2011. Même le candidat conservateur, Pierre-Paul Hus, s’était engagé à faire avancer le dossier, son parti étant accusé d’immobilisme dans le dossier à l’époque.

Pour un anneau de glace

Par ailleurs, récupérant la balle au bond envoyée par Régis Labeaume la semaine dernière lors de l’inauguration du Stade Telus-Université Laval, Denis Blanchette a lui aussi fait savoir que la construction d’un anneau de glace couvert serait un équipement de pointe pour la région. « C’est un équipement régional très important », lance-t-il d’entrée de jeu, ajoutant que ce n’est pas seulement les athlètes qui en profiteront mais bien toute la population de la Capitale-Nationale. Que l’anneau de glace soit dans sa circonscription ou non, M. Blanchette soutiendra le projet, en s’assurant bien sûr des modalités de financement.