La cérémonie, prévue à 10h à rassemblera le maire de Québec Régis Labeaume, tout comme le recteur, Denis Brière, ainsi que les ministres provinciaux Sam Hamad et Yves Bolduc. L’instigateur et visionnaire du projet, M. Gille D’Amboise, qui est directeur du service des activités sportives à l’Université Laval, sera également sur place. Par ailleurs, selon Stéphane Jobin, relationniste pour le programme Rouge et Or, les premières activités de compétition universitaires devraient débuter officiellement le 5 février alors que le Rouge et Or soccer masculin recevra la visite de l’Université du Québec à Trois-Rivières.

Le stade, baptisé Stade Telus-UL, en raison d’une entente de partenariat de 4,55 millions de $ avec la compagnie de télécommunication signée en septembre dernier, devient le domicile des équipes du Rouge et Or, mais sera aussi exploité par la Ville de Québec. En effet, une entente de gestion aurait été signée entre les deux partis il y a quelques semaines. Selon Marco Bussières, qui est contremaître et superviseur au service des immeubles  de l’Université Laval, la Ville de Québec devra verser un montant compensatoire en ce qui concerne l’éclairage et la climatisation puisqu’elle utilisera les surfaces de jeu les fins de semaines et possiblement à d’autres moments prévus par l’entente.

Une voie d’accès au stade a également été construite pour rejoindre le débarcadère du bâtiment, ce qui en fait une voie publique dont le coût d’entretien reviendra en partie à la Ville de Québec. « C’est une route utilisé pour les pompiers et pour amener du matériel. C’est une route publique», a précisé M. Bussières. 

Le stade de soccer est composé d’un terrain de 60m x 100m pouvant être divisé en trois petits terrains, pourra éventuellement être utilisé par la communauté universitaire et les citoyens de la Ville de Québec. Au total, la Ville a allongé 10 des 85 millions de $ nécessaires au projet. Les gouvernements du Québec et du Canada se sont partagés le reste de la facture, accordant chacun 37,5 millions de $.

Par ailleurs, en raison de la modernisation des installations du PEPS, d’autres sommes importantes ont dû être déboursées par l’Université Laval, notamment en ce qui concerne les stationnements et la voie d’accès du débarcadère autour du stade de soccer. « Au total, ce sont près de 3 millions de $ qui ont été déboursés pour la réfection du stationnement sous-terrain », a fait savoir René Bousquet, coordonnateur aux infrastructures au Service de sécurité et prévention de l’Université Laval et responsable de la gestion des opérations de stationnement. Ces frais n’ont cependant pas été comptabilisés dans les 85 millions de $ investis dans le projet puisque « les travaux étaient nécessaires de toute façon » en raison d’une remise aux normes prévue par l’Université Laval depuis quelques années.

Plus de détails seront dévoilés lors de l’inauguration de mardi matin. Au moment d’écrire ces lignes, aucune entrevue n’était réalisable avec les responsables du projet ou les partenaires financiers.

Crédit photo : Claudy Rivard