En construction depuis plusieurs mois, l’immeuble à logements BACC, destiné aux étudiant.e.s, a officiellement été inauguré, mercredi le 13 octobre. Une offre de plus pour la communauté étudiante de l’Université Laval et des cégeps des alentours, mais vient-elle pallier à la demande grandissante de logements sociaux abordables?

Pour l’étudiant.e

L’édifice de 170 logements a été pensé en premier lieu pour la vie d’étudiant.e. Un choix qui peut sembler logique, vu la proximité avec le campus de l’Université Laval et du Cégep Ste-Foy. Du studio au 5 ½, chacun des appartements vient en formule tout inclus : électricité, Internet, climatisation, etc. René Bellerive, président du Groupe Kevlar, à qui appartient le projet immobilier, se réjouit pour la communauté étudiante de Québec.

« Le BACC, c’est beaucoup plus que des appartements, c’est un milieu de vie propice aux études et l’endroit idéal pour se bâtir un réseau de relations. Ici, tout a été pensé pour répondre à vos besoins afin que vous puissiez
consacrer temps et énergie à la réussite de vos études. Je suis fier d’avoir participé à créer un milieu de
vie unique qui permettra à notre relève de demain de se développer, de s’émanciper et de progresser. »

Un choix abordable?

Prix de départ, plus précisément pour un studio : 820$/mois. Un 5 ½ coûte au minimum 2 202$ par mois. Des montants d’argent dont des étudiant.e.s en situation de précarité ne pourraient pas nécessairement déboursés. Ce qui ramène à l’avant-plan l’enjeu d’accessibilité à des logements plus abordables. En février 2021, l’Unité de travail pour l’implantation de logement (UTILE) a lancé une vaste enquête sur le logement étudiant. L’organisme sans but lucratif visait alors à mieux comprendre le problème d’accessibilité à des logements considérés comme abordables pour les étudiant.e.s.

« Vu qu’il n’y avait pas d’informations jusqu’à récemment sur le logement étudiant, il était difficile de comprendre et de bien cerner l’enjeu. L’étudiant n’a pas les mêmes besoins qu’un adulte ou un aîné ayant besoin d’un logement social. Il y a une précarité réelle chez cette tranche de la population, et elle a passé inaperçue pendant plusieurs années », expliquait Laurent Levesque, directeur de l’UTILE, en février 2021.

L’UTILE vise aussi à construire, avec l’aide de différents partenaires et des gouvernements, des blocs à logements abordables destinés exclusivement pour les communautés étudiantes. Un premier a été construit à Montréal, et la ville de Québec devrait voir la construction d’un premier immeuble prochainement. D’ailleurs, en juillet 2021, la Ville de Québec a octroyé un montant de 20 000$ à l’organisme pour réaliser un premier projet.

« Alors que plus des deux tiers de la population universitaire locataire réside dans l’arrondissement de Sainte-Foy-Sillery-Cap-Rouge, il est évident que les locataires étudiants ont un impact sur le marché locatif de ce secteur. Avec le retour en masse des étudiantes et étudiants sur les campus dès septembre, la situation s’aggravera malheureusement. Le projet de l’UTILE permettra autant d’offrir un milieu de vie étudiant stimulant et abordable que d’apaiser le marché locatif très serré à Sainte-Foy », relatait M. Levesque, en juillet 2021.