Exergue : « « Pouvons-nous vraiment parler de développement économique sans penser aux priorités que sont l'éducation et la santé? » – Bob Rae

De passage à l’Université Laval mercredi dernier, Bob Rae a d’entrée de jeu dénoncé le « fédéralisme dictatorial » des conservateurs et le « non-respect des juridictions provinciales ». Il a notamment critiqué la décision prise le mois dernier par le ministre des Finances Jim Flaherty de couper les transferts aux provinces en santé. « Pouvons-nous vraiment parler de développement économique sans penser aux priorités que sont l'éducation et la santé? » a-t-il martelé. 

M. Rae s'est montré particulièrement opposé à « la centralisation fédérale » qu'il accuse Harper de mettre en place. « On doit comprendre que les conservateurs de Stephen Harper sont des réformistes » a-t-il tenu à préciser.

Renouveler le PLC

Après la défaite écrasante subie par les libéraux en mai dernier, le chef par intérim du PLC voit une bonne occasion de renouveler les idées du parti. Le 15 janvier dernier, lors de son congrès annuel, le PLC a notamment statué sur une politique de légalisation de la marijuana, une première pour le parti.

Mais comme un changement ne vient jamais seul, Bob Rae a lancé un appel aux jeunes à s’impliquer en politique. « Le Parti libéral du Canada s'ouvre à la participation des jeunes, car ils sont les idées de l'avenir » lance-t-il.

Sur la hausse des frais de scolarité

Dans le dossier de la hausse des frais de scolarité au Québec, M. Rae a remis la responsabilité aux provinces, soutenant qu’il ne croit pas que la solution soit la privatisation. Toutefois, il a avancé que « c’est au gouvernement fédéral que revient le devoir de faire en sorte que tous les Canadiens puissent avoir accès aux études supérieures », confirmant l’engagement du parti libéral de mettre sur pied des politiques pour aider financièrement les étudiants universitaires.

Chefferie : « Je réfléchirais à cette possibilité »

Quant à la course à la chefferie du PLC, Bob Rae a indiqué que les règles au sein du parti ne lui permettent pas de se présenter dans la course. Cependant, il a avoué qu'il « réfléchirait à cette possibilité » si ces règles étaient modifiées.

Crédit photo : courtoisie Wikimedia Commons, Will Pate