La pandémie de COVID-19 a forcé plusieurs entreprises et organismes à se tourner vers le numérique pour permettre à leurs employés de continuer à travailler de la maison ou à distance du bureau. Dans cette lignée, l’Université Laval a annoncé, mercredi, la mise sur pied de nouvelles chaires de recherche sur la transformation numérique de l’administration publique en partenariat avec l’École nationale d’administration publique (ENAP) affiliée au réseau de l’Université du Québec. 

Cerner adéquatement la réalité du numérique sur l’administration publique 

Question de mieux comprendre les impacts du numérique sur les méthodes de travail des employé.es de l’administration publique québécoise, la nouvelle Chaire de recherche sur l’administration publique à l’ère du numérique apportera des solutions et recommandations.

« Les technologies numériques redéfinissent complètement la façon dont les services sont offerts à la population ainsi que les interactions entre les employés de la fonction publique et les usagers. Il est essentiel que les administrations publiques maîtrisent ces évolutions technologiques et anticipent leurs répercussions sur leurs employés, sur leurs clientèles et, de façon plus générale, sur la société. », a expliqué Steve Jacob, titulaire de la Chaire et professeur de science politique à la Faculté des sciences sociales de l’Université Laval via communiqué.

Concrètement, cette première de chaire de deux permettra aux chercheur.es d’aller directement sur le terrain pour trouver des pistes à leurs questionnements. Pensons à de nouvelles pratiques de type numérique ou encore aux impacts de cette réalité sur l’administration publique. Notons que le Secrétariat du Conseil du trésor du Québec a injecté un million de dollars dans la création de cette chaire.

« La transformation numérique affecte en profondeur de nombreux aspects de la vie en société et amène son lot de questionnements quant à nos façons de faire et d’interagir. » – Sophie D’Amours, rectrice de l’Université Laval

Des outils pour mieux gouverner à l’ère du numérique

Gouverner à l’aide du numérique peut être complexe, même si de nombreux outils sont mis à la disposition des gestionnaires concernés. La Chaire de recherche en exploitation des ressources informationnelles a pour mission d’analyser certains « instruments de gouvernance » pour rendre plus efficient l’utilisation de « ressources informationnelles ».

« L’information a toujours été une ressource stratégique et le virage vers les technologies numériques n’a fait qu’amplifier son importance et la complexité de ses usages. Les travaux que nous continuerons de mener au sein de cette chaire offriront des pistes de solutions et des approches pour mieux faire face aux enjeux fondamentaux créés par les répercussions de cette transformation à la fois sociale, institutionnelle et organisationnelle. », a rappelé Daniel J. Caron, titulaire de la Chaire et professeur à l’ENAP via communiqué.

La rectrice de l’Université Laval, Sophie D’Amours est d’avis que le numérique se doit d’être apprivoisé, puisqu’il amène sur son passage de nombreux changements dans les méthodes de travail.

« La transformation numérique affecte en profondeur de nombreux aspects de la vie en société et amène son lot de questionnements quant à nos façons de faire et d’interagir. L’administration publique, en raison de l’importance de son rôle et de l’étendue des services qu’elle offre, est un acteur de premier plan au sein de cette révolution. Les travaux menés au sein des deux chaires lancées aujourd’hui lui permettront de tirer le meilleur parti de ce virage, tant en termes d’efficience administrative qu’en termes de bénéfices pour la population. », a-t-elle déclaré via communiqué.