L’AELIÉS profite de la rentrée 2019 pour lancer la campagne « votre parole, nos actions ». Pour la première fois, l’association des étudiant(e)s inscrit(e)s aux études supérieures fait le point sur les actions réalisées durant le mandat de l’actuel exécutif et publie les résultats du sondage annuel sur les préoccupations de leurs membres.

Réalisé chaque année, le sondage de l’AELIÉS n’était jamais diffusé. C’était «dommage» de garder les résultats du questionnaire entre les membres de l’exécutif, constate Kevin Villeneuve-Tremblay, président de l’association étudiante. Il estime maintenant que la diffusion des résultats permettra aux membres de mieux juger le travail des exécutants, de constater les réalisations de la dernière année et de mieux planifier celle à venir.

La santé psychologique, l’enjeu numéro un

Pour 60 % des membres de l’AELIÉS, la santé psychologique est l’enjeu prioritaire. L’exécutif de l’AELIÉS considère avoir réalisé des actions concrètes dans ce dossier. «C’était une de nos orientations principales», confirme Kevin Villeneuve-Tremblay.

Parmi ces actions, il énonce la campagne mené sur le campus afin d’inviter les membres de la communauté à participer à l’enquête Qu’est-ce qui se cache sous ta façade ? de l’Union étudiante du Québec (UEQ). «Cette mobilisation s’est avérée un succès, l’Université Laval présentant l’un des meilleurs taux de participation parmi toutes les universités participantes», mentionne l’exécutif de l’AELIÉS.

En entrevue, le président de l’association étudiante assure que les nombreuses interactions avec leurs membres ont permis à de nombreux étudiant(e)s de réaliser une introspection par rapport à leur santé psychologique.

La mobilité : le LPU en réponse

Au 4erang, la mobilité durable est enjeu prioritaire pour 41 % des membres de l’AELIÉS. Kevin Villeneuve-Tremblay explique que l’implantation du LPU, après plus de 10 ans, est l’une des grandes réussites de l’association étudiante et qu’il répond effectivement à l’enjeu de la mobilité durable.

Toutefois, il reste beaucoup de travail à faire, assure l’étudiant à la maitrise en relations industrielles. Dans les prochains mois, les différents partenaires vont continuer leur travail et s’assurer d’une implantation pour l’automne 2019. «Rien ne laisse penser qu’à l’automne, ça ne soit pas là», estime Louis-Filip Tremblay, attaché aux communications pour l’AELIÉS.

Ils annoncent aussi que le RTC tiendra prochainement un sondage auprès des membres de la communauté étudiante de l’Université Laval par rapport à leurs attentes, leurs besoins et certains changements que les étudiant(e)s envisageraient de faire. L’enquête sera envoyée par courriel institutionnel.

Le libre accès aux articles scientifiques : un deuxième rang inattendu

Pour 46 % des étudiant(e)s aux cycles supérieurs, le libre accès aux articles scientifiques est un enjeu prioritaire. «J’étais surpris que ça sorte dans le top cinq, parce qu’on en entend pas souvent parler. Je pense que les étudiants veulent en savoir plus sur ce sujet-là», croit le président de l’AELIÉS.

En réponse à cette situation, l’association étudiante organisera une journée de la recherche au mois de mars prochain.  Le sondage a donc poussé l’exécutif à organiser cette journée qui traitera de «tout ce qui touche de près ou de loin le libre accès, la propriété intellectuelle, les droits d’auteurs et l’expérience en recherche», énumère Kevin Villeneuve-Tremblay.

Encadrement : une priorité majeure pour l’AELIÉS

Alors que l’encadrement aux cycles supérieurs obtient la cinquième position dans le sondage de l’AELIÉS, pour l’association étudiante, c’est probablement l’enjeu «prioritaire». «C’est tellement important. On a fait un mémoire là-dessus l’an passé, avec 21 recommandations. On essaye de pousser ces 21 recommandations», mentionne l’étudiant en relations industrielles.

Parmi les recommandations principales, l’AELIÉS demande la mise en place d’une entende d’encadrement obligatoire, d’un comité d’encadrement et d’une formation à tous les cinq ans pour les professeurs.  Pour l’instant, les recommandations ne sont pas appliquées de manière universelle à l’Université. Certaines facultés, dont la Faculté de médecine, y ont  adhéré, mais ça demeure limité.

Toutefois, le président de l’AELIÉS demeure confiant : «L’Université étudie encore la question, à moyen-long terme, on sent que ça va être quelque chose d’obligatoire sur le campus».

Des enjeux plus locaux

En ce qui concerne les autres enjeux de proximité,  Kevin Villeneuve-Tremblay en énumère certains dont la politique familiale de l’Université Laval qui devrait être mise en place dès l’automne prochain. «C’est un dossier qu’on suit de près», assure le président de l’AELIÉS.

Ensuite, l’association étudiante travaille actuellement à l’interne sur un plan d’action en développement durable. De plus, l’exécutif annonce que dès «que la température va le permettre», la construction d’une toute nouvelle terrasse au Fou AELIÉS débutera. Cette nouvelle plaira certainement à plusieurs étudiant(e)s.