L’Université Laval a confirmé, le 25 janvier en matinée, que son plan de repli appliqué depuis le 3 janvier dernier prendrait fin, comme prévu, à la date butoir du 31 janvier. Alors que les cours ne se tenaient qu’exclusivement à distance depuis la rentrée universitaire, le 10 janvier dernier,  les cours prévus en présentiel pour la session d’hiver 2022 reprendront selon cette formule, tel qu’initialement prévu.

Plusieurs mesures sanitaires demeurent toujours en vigueur. Le port du masque chirurgical demeure obligatoire en permanence dans tous les lieux intérieurs du campus, sauf pour les personnes travaillant seules dans un espace fermé. Le masque peut être retiré lors des repas, mais il doit être remis suite à chaque bouchée et chaque gorgée. Par ailleurs, les personnes recevant un test de dépistage positif à la COVID-19, présentant des symptômes ou ayant été en contact avec un cas confirmé de COVID-19 doivent s’isoler et remplir un formulaire d’auto-déclaration. Les activités sociales et parascolaires sont toujours suspendues jusqu’à nouvel ordre. Par ailleurs, l’Université Laval affirme porter un attention minutieuse à son système de ventilation mécanique et soutient que ce dernier respecte les meilleures normes de ventilation.

Cette annonce s’inscrit en continuité avec les décisions prises par la plupart des autres grandes universités québécoises, alors que le gouvernement du Québec avait établi la date butoir du 31 janvier pour la rentrée en présentiel sur les campus universitaires. À l’instar de l’Université Laval, l’Université de Montréal et plusieurs universités du réseau des Universités du Québec (Montréal, Chicoutimi, Outaouais et Trois-Rivières) s’étaient prévalues de la période de transition prévue par Québec, qui permettait aux universités de repousser de deux semaines la reprise des activités d’enseignement en présentiel.

L’Université du Québec à Rimouski et l’Université de Sherbrooke, de leur côté, avaient fait bande à part, en permettant une reprise des cours en présentiel dès le 17 janvier. À l’opposé, l’Université Concordia a repoussé la reprise des cours en présentiel au jeudi 3 février. L’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue (UQAT) s’inscrit largement en faux avec la tendance générale, en ne prévoyant pas recommencer l’enseignement en présentiel avant que 75 % de sa population étudiante n’ait obtenu une troisième dose de vaccin contre la COVID-19.