L’équipe de l’Université Laval a remporté les honneurs, devant l’Université de Toronto, lors de la 10e édition de la compétition Éco-Marathon Shell des Amériques qui se déroulait du 21 au 24 avril dernier dans le centre-ville de Détroit. Le groupe a réalisé un prototype ayant une consommation de 1099km/L nommé Alérion Supermileage.

Après sa défaite de 2015 contre son principal rival, l’Université de Toronto, la délégation lavalloise est revenue gagnante, remportant sa sixième victoire en huit années de participation à l’Éco-Marathon Shell qui avait lieu cette année au Michigan. Selon Bruno Désaulniers, membre de l’équipe depuis maintenant trois ans et étudiant en génie mécanique, la plus grande force du prototype est sa grande fiabilité et sa capacité d’exécution lors des nombreux essais. Chaque année, les quelques 40 membres de l’équipe de l’Université Laval travaillent fort pour améliorer la performance du véhicule et pour l’alléger.

L’objectif de cette compétition nord-américaine est de concevoir un prototype monoplace ayant la plus faible consommation d’essence possible. « On tente de caractériser quelles sont nos pertes dans le but de les réduire et de s’améliorer d’année en année », résume le directeur technique de l’équipe et étudiant en génie mécanique, Mathieu Pouliot.

Plusieurs épreuves, plusieurs défis

Dès l’arrivée sur le lieu de la compétition, chaque véhicule doit passer à travers plusieurs étapes avant d’être approuvé. Lors de l’inspection technique, le comité organisateur s’assure que chaque bolide remplit différentes contraintes comme le poids, les dimensions, la sécurité du conducteur et les freins. Par la suite, chaque équipe peut faire des essais sur un circuit intérieur.

Les deux dernières journées sont consacrées au vif de la compétition. Chaque prototype se doit d’exécuter 10 tours d’un circuit extérieur d’un kilomètre en plein centre-ville de Détroit en moins de 24 minutes. L’équipe mesure ensuite la quantité d’essence consommée, puis extrapole cette donnée sur un litre, en tenant compte de différents facteurs tels que la température.

La compétition annuelle organisée par la pétrolière Shell regroupe plus d’une centaine d’équipes universitaires et d’écoles secondaires, entre lesquelles la collaboration est favorisée.   «Il nous arrive parfois d’aller aider les autres équipes avec leur véhicule lors de la compétition», avoue Bruno. Force est de constater que la réelle compétition se joue seulement entre les deux universités canadiennes.

Une préparation d’équipe

Dès la fin de la deuxième compétition, l’équipe se rencontre déjà pour diviser les tâches et former des sous-équipes pour se préparer aux compétitions de l’année suivante. Du moteur à la mécanique du véhicule en passant par sa coupe et ses composantes, tout le bolide est conçu par les membres, qui sont tous étudiants en différents programmes de génie.

« Chaque année, on choisit une ou deux grosses améliorations qu’on désire réaliser sur notre prototype », explique Bruno, chef de l’équipe freins et alignement, ainsi que ligne à essence.

Déjà l’équipe lavalloise se prépare pour sa deuxième compétition, la SAE Supermileage, qui aura lieu à Marshall au Michigan sur la piste d’essai d’Eaton au début du mois de juin. Le prototype sera monté d’un nouveau moteur.

L’Alérion Supermileage n’est pas le seul projet étudiant au département de Sciences et Génie. Les étudiants peuvent également s’impliquer dans la formule SAE, bolide de course, l’avion-cargo ou encore le Baja, véhicule tout-terrain.

Pour avoir plus d’informations sur le projet étudiant de l’Alérion Supermileage, vous pouvez visiter le site www.alerionsupermileage.com.

Le prototype Alérion Supermileage en chiffres

3: mètres de longueur

96: kilogrammes en masse

1099: consommation d’essence en kilomètres par litre d’essence

2000: chèque en dollars pour la victoire

40 000: Valeur estimée en dollars du bolide