Sympathisans et députés du Nouveau Parti démocratique (NPD) de la région de Québec étaient présents le 16 octobre dernier au Pavillon Charles-De Koninck pour inviter la population universitaire à discuter des enjeux nationaux et régionaux en vue des prochaines élections fédérales. 

Le club du NPD de l’Université Laval tenait ce kiosque d’information afin de présenter à la communauté universitaire les idées du parti. « On mobilise les gens au sein de l’Université pour le NPD. C’est un lien entre les étudiants et le parti », explique Olivier Turcotte, président du club NPD-UL. Des députés comme Alexandrine Latendresse, Raymond Côté ou encore Denis Blanchette étaient sur place pour répondre aux questions des étudiants.

Pour Denis Blanchette, député NPD de Louis-Hébert, le kiosque permet aux étudiants sociaux-démocrates de pouvoir se regrouper et d’échanger entre eux. « Cela permet aussi d’offrir une visibilité au parti politique », ajoute Raymond Côté, député de Beauport-Limoilou. « Il y a une trop grande déconnexion entre les jeunes et la politique », mentionne quant à elle Alexandrine Latendresse, députée de Louis-Saint-Laurent.

La prochaine campagne électorale en préparation

Cette présence sur le campus s’explique aussi par l’approche des prochaines élections fédérales. Les enjeux nationaux de la campagne seront discutés lors du prochain congrès national du NPD, qui se déroulera du 24 au 26 octobre. Déjà les engagements comme l’assurance-emploi ou les garderies sont mis de l’avant dans les allocutions du chef Thomas Mulcair.

Le député Denis Blanchette, lui, continuera de demander des réparations sur le pont de Québec. Tandis que dans Louis-Saint-Laurent, le compté d’Alexandrine Latendresse, c’est plutôt les coupures à Postes Canada qui pourraient être choisies comme cheval de bataille. Dans d’autres comptés comme celui de Beauport-Limoilou, le député Raymond Côté se chargera du dossier de la poussière rouge dans Limoilou et de la responsabilité du Port de Québec. « Il est totalement inadmissible qu’un petit groupe d’intéressés se retrouve avoir la main mise dans la gestion et qui décide des conditions du développement et des opérations d’un port. C’est un problème auquel je tente de trouver une solution à long terme », affirme M. Côté.

De l’animosité à l’Assemblée

Avant la campagne électorale, l’ambiance de la Chambre est tendue et il y a une certaine animosité, notent tous les députés présents jeudi dernier. Surtout dans les moments clés de vote, comme pour l’envoi de troupes en Irak contre l’État islamique. « On a eu droit à un autre bâillon », mentionne Denis Blanchette. Ce bâillon consiste à limiter le temps de parole de chaque parti politique en Chambre. « Les insultes, les cris, les gens qui n’écoutent pas et qui se coupent la parole », ajoute Alexandrine Latendresse.

Pendant les dernières campagnes électorales, les députés ont également constaté un certain cynisme des électeurs, et ce surtout, envers la classe politique. « C’est de briser l’alternance entre les partis politiques qui est important afin de briser cette perception-là. Il faut que les gens cessent d’utiliser leur cynisme comme zone de confort », croit Raymond Côté.