Sous l’égide du gouvernement provincial, la Ville de Québec a la responsabilité de son territoire.  Un tiers du budget servira à la revitalisation des parcs de la ville de Québec avec l’objectif ultime de consolider le tissu urbain par la construction de nouveaux logements. Les deux autres tiers du budget seront dédiés à la restauration de terrains à Pointe-aux-Lièvres et à D’Estimauville. Ces deux emplacements sont entre autres visés par un projet d’écoquartier.

« Cette annonce constitue le fer de lance de la revitalisation de secteurs au potentiel extraordinaire. Aujourd’hui, notre gouvernement offre à la Ville de Québec d’autres leviers pour se tourner encore davantage vers le développement durable et nous franchissons une étape déterminante dans la réalisation des écoquartiers qui constituent la plaque tournante de la candidature de Québec au Forum universel des cultures », a déclaré le ministre Sam Hamad dans un communiqué.

 Les écoquartiers devraient répondre aux plus hautes normes de développement durable, notamment en ce qui concerne la consommation d’eau et d’électricité. Autre avantage, les écoquartiers mettent en valeur le commerce de proximité. Les deux projets permettraient la construction de près de 3 500 habitations.

La Cité-Verte, actuellement en construction sur le chemin Sainte-Foy dans le quartier Saint-Sacrement, a permis à la Ville de prendre le pouls du public quant à l’aménagement d’autres projets d’écoquartier. En effet, près de 500 unités d’habitation sur les 850 sont déjà vendues. La SSQ, une institution financière canadienne spécialisée en sécurité financière, est la principale instigatrice du projet.

Selon le porte-parole du ministère du Développement Durable, de l’Environnement et des Parcs, Frédéric Fournier, environ 25 terrains bénéficieront des cinq millions de dollars restants. « Ces terrains sont contaminés par l’activité industrielle. La contamination par des métaux et des hydrocarbures doit être réglée pour qu’un promoteur puisse mettre en œuvre son projet », affirme-t-il. Un propriétaire de plusieurs terrains contigus pourrait recevoir jusqu’à un million de dollars pour concrétiser ses entreprises.

Le projet du gouvernement du Québec a été entamé en 2007 et devrait se conclure le 31 mars 2015. Les travaux pourraient s’étendre jusqu’à la date limitrophe, ou jusqu’à ce que l’enveloppe soit épuisée. Une démarche d’aide est offerte pour la revitalisation des terrains contaminés dans toutes les municipalités du Québec.