C’est aujourd’hui ( 19 mars 2013 ) que l’association des étudiants en communication publique de l’Université Laval ( AECPUL ) procède à un référendum sur une question de hausse de cotisation dans l’objectif d’ouvrir une salle multifonctionnelle. Advenant que le vote soit en faveur de cette hausse, les étudiants verraient leur cotisation passer de 5 $ à 7,50 $ par session, pour une durée de 2 ans.

Raphaël Bergeron-Gosselin 

casault-1Le projet de création d’une salle multifonctionnelle à l’intérieur du pavillon Louis-Jacques Casault a été amené sur la table il y a de cela plusieurs mois, mais à la veille d’importantes rénovations à l’intérieur du pavillon de l’université, le projet n’a jamais été aussi près de se réaliser.

En plus de la hausse de cotisation, quelques autres questions pourraient encore freiner le processus de création. «Il y a d’autres étapes avant de confirmer la mise en place du projet. Nous devons régler des dossiers avec l’Université, mais on va commencer par régler la question de la hausse des cotisations», a expliqué l’instigateur du projet, Guillaume Arsenault, un étudiant en communication publique.

Qui en bénéficie ?

En plus des étudiants de l’AECPUL, les membres de l’association générale des étudiants en musique de l’Université Laval ( AGEMUL ) font également partie du projet. Il s’agirait donc d’une occasion pour eux de minimiser les coûts et les étapes de mise en place lors d’activité quelconque. Les deux associations impliquées dans le projet se partageraient l’utilisation de la salle selon un calendrier établi en début d’année. Les autres associations étudiantes de l’Université pourraient également louer l’espace et la technique qui y sera installée afin d’augmenter la rentabilité de la salle.

Trois sous-comités qui font partie de l’AECPUL sont mis sur pied dans le but de venir en aide à des organismes qui viennent en aide à des causes sociales quelconques de la ville de Québec. Il s’agirait donc d’une occasion pour eux de sauver des coûts lors de leurs activités de financement.

Les autres sous-comités pourraient également faire d’importantes économies afin d’investir davantage dans le perfectionnement et la spécialisation de
leurs membres.

Afin de gérer cette nouvelle salle, un comité sera mis sur pied lors d’une assemblée générale d’élection dès que le projet sera lancé. Ce comité comprendrait un chargé de projet, les vice-présidents aux affaires internes des deux associations impliquées et des étudiants.

Ça ne fait pas l’affaire de tout le monde

Dès l’annonce du projet, quelques médias se sont empressés d’énoncer leur mécontentement. C’est notamment le cas de l’animateur de Radio X et blogueur au Journal de Québec, Dominic Maurais, qui ne s’est pas gêné pour écrire et dénigrer le projet qui selon lui n’a pas sa place.

Que ça ne plaise ou non, c’est demain que l’on saura si le projet passe à l’étape suivante. Si tout fonctionne, les plans sont d’ouvrir les portes dès la session d’automne 2013.