Forte d’un historique plus que glorieux, la Ligue universitaire d’improvisation (LUI) conclura le 17 avril prochain sa 27e saison. Après avoir reçu sur ses planches des artistes aujourd’hui célèbres, comme Jean-Michel Anctil, Patrice Robitaille ou encore François Morency, la LUI présentera à vos yeux ébahis l’intelligente équipe des Carreaux à la surprenante équipe des Trèfles.

L’équipe des Carreaux, dirigée de main de maître par le capitaine Deejay McLellan, est une équipe stable et solide, dont quatre des six membres jouent ensemble depuis deux années consécutives. Selon Deejay McLellan, «la force des Carreaux est la complicité entre les joueurs et leur grande capacité de construction de l’histoire». S’il existe deux moyens de marquer des points dans un match d’improvisation – en faisant rire le public ou en lui inventant une histoire intéressante et bien ficelée – le capitaine précise que «les Carreaux se définissent comme une équipe moins puncheuse, mais très constructrice».

Bernard Lasnier, capitaine de l’équipe des Trèfles, soutient quant à lui que «la force de l’équipe est la diversité des joueurs, ce qui permet de nous démarquer dans différents types d’improvisations». Son pronostic pour la finale est très encourageant, du moins pour le public : «Depuis le début de l’année, Trèfles et Carreaux s’entendent très bien dans les comparées. Ce sont deux équipes qui créent beaucoup, qui montent ensemble des gros univers souvent très différents de ceux des autres équipes.»

Année après année, la LUI attire régulièrement entre 200 et 300 spectateurs chaque vendredi soir au Grand Salon et plus de 400 lors des finales. Louis-Olivier Pelletier, président de la ligue et capitaine des Piques, comprend les raisons d’un tel succès : «Ce qui amène le public à nos matchs, c’est vraiment l’ampleur de l’abandon, dans les deux sens. L’espace d’une soirée, les joueurs s’abandonnent totalement sur la scène et les spectateurs s’abandonnent aux joueurs pour toucher à leur imaginaire délirant. Le spectacle change à chaque soir et ce que les gens aiment là-dedans, c’est l’instantanéité et l’inattendu qui se renouvellent à chaque semaine.»

Soyez chics!
Le match de clôture est toujours un moment particulièrement chargé d’émotions pour les joueurs, qui n’ont plus rien à perdre. Et c’est dans un contexte «chic» que la LUI vous y convie. Effectivement, les joueurs des équipes éliminées – Cœurs et Piques – seront en tenue de ville. Louis-Olivier Pelletier, qui assurera l’animation de la soirée en compagnie d’Alexis Hernandez-Funès, des Cœurs, invite d’ailleurs la foule à faire de même. C’est donc un rendez-vous, ce vendredi, au Grand Salon du pavillon Maurice-Pollack.