Enfants, Paul Keller et Laurent Comtois-Martel étaient voisins, ils sont donc amis depuis de longues années. À l’adolescence, ils jouaient déjà de la musique ensemble en tant que membres d’un band nommé Fresh’N Tasty. Quelques années après la dissolution de ce groupe, les deux jeunes hommes se sont retrouvés dans un nouveau contexte musical. Voilà que depuis deux ans, ils ont joint The Acousticolics, formation complétée par quatre autres membres, Julien Keller, Maxime Désilets, Mathieu Grégoire et Kathleen Keller.

En dépit de leur passion pour la musique, les interviewés ne s’y dédient pas dans le cadre universitaire. Présentement en études libres, Paul Keller se prépare à entrer en génie chimique à la prochaine session d’automne. Quant à Laurent Comtois-Martel, il poursuit pour la deuxième année ses études au baccalauréat en administration des affaires.

Chacun connaît les mérites d’une formation universitaire. «C’est une portion de l’épanouissement de soi. Je veux être fier de moi autant dans la musique que dans les études, affirme Paul Keller. Mais l’Université Laval sera toujours là dans dix ans.» C’est donc que si l’opportunité de vivre de la musique se présentait à eux maintenant, ils n’hésiteraient pas à s’y lancer à temps plein. «C’est aussi qu’on voit qu’il y a du potentiel. Sans vouloir nous vanter, les commentaires que nous avons reçus jusqu’à présent sont vraiment positifs et ça nous encourage à continuer», ajoute Laurent Comtois-Martel.

À la recherche d’une vision commune
Toutefois, la question du futur du groupe The Acousticolics ne dépend pas que d’eux. Certains des membres ont des priorités différentes. «Pour l’instant, à court terme, on en est plus à un travail de groupe pour essayer d’avoir une vision commune» explique Laurent Comtois-Martel.

Toujours à court terme, quelques projets et objectifs prennent quand même forme. Entre autres, celui de composer des paroles en français. Le groupe originaire de Québec se fait souvent reprocher de ne composer qu’en anglais. Les Keller sont d’origine anglophone, il est donc plus naturel pour eux de s’exprimer dans cette langue, a expliqué Paul. Reste que le band n’est pas fermé à l’idée de composer en français et souhaite d’ailleurs le faire pour remercier son public majoritairement francophone.

Pour découvrir The Acousticolics et ses projets à venir, rendez-vous sur leur page MySpace ou Facebook.