We are Wolves a littéralement enflammé la scène électro, à l’Agora du

Desjardins.

Photo: François-Xavier Boulanger-Nadeau

foule et l’intriguer avec ses vieux claviers, dont un qui n’aura jamais fonctionné malgré les nombreux changements de batteries et les non moins nombreux «garochages» par terre de Brian Borchert. Mais la foule n’a commencé à se manifester réellement qu’à l’arrivée de We are Wolves. Le trio montréalais a livré une incroyable performance qui s’est terminée en un violent slam au centre de la foule. Cette dernière était donc pompée à bloc quand Digitalism a fait son entrée. Le techno déjantédu duo allemand a eu raison des dernières forces des spectateurs, qui se répartissaient alors sur le plancher de l’Agora, mais également à travers les trois étages de la mezzanine. La folie a atteint son paroxysme vers 1h et la foule s’est dissipée peu à peu jusqu’à 2h, où plus qu’une centaine de fans, les plus déchaînés par contre, ont assisté aux deux rappels qui allaient finalement conclure la fête, un peu passé 2h15.

L’ensemble des spectacles s’est heureusement déroulé sans incident majeur, ce qui est pour le moins remarquable, considérant le nombre de spectateurs présents en corrélation avec le nombre de bières vendues… La sécurité était visible partout et a su calmer les ardeurs des plus fêtards.

Côté technique, rien n’a été oublié là non plus. Les scènes rock et électro, respectivement au Grand Salon et à l’Agora du Desjardins, en ont mis plein la vue avec leurs effets vidéos et lumineux. Les panneaux LED de l’Agora rendaient les shows électros des plus dynamiques, particulièrement lors de la prestation de Digitalism, dont les tables de mixage étaient projetées sur le panneau central, permettant ainsi à tous d’admirer le travail des DJs.

Bref, le Show de la rentrée 2008 a été un succès. Avec ses têtes d’affiche parmi ce qu’il se fait de mieux, ses quatre scènes réparties à l’intérieur du Desjardins, un équipement technique à la fine pointe de la technologie et une logistique aussi efficace, on se demande comment les organisateurs ont pu offrir ce mini-festival de la rentrée gratuitement. Mais trêve de questions, il ne reste plus qu’à espérer que la réussite de cette année les motivera à répéter l’expérience pour le Show de la rentrée 2009!