Formé en 2004 autour de la folie non-dissimulée de l’infatigable Cowbella, Creature se démarque du lot par un son qui se veut foncièrement énergisant. À la frontière du pop et du dance, le groupe s’est créé au contact du public. Cowbella, chanteuse du band, raconte ses débuts : «On a mis beaucoup de temps pour trouver notre son. Quand on faisait des spectacles, la foule criait toujours le nom de nos chansons plus dance alors on s’est dit qu’on allait en faire notre créneau.» Mais ce qui explique réellement le succès des spectacles selon elle, c’est le fait que les musiciens «ne jouent pas pour le public, mais plutôt avec le public.»

Le choix des membres du groupe n’a pas été laissé au hasard. «Je voulais vraiment deux gars et deux filles dans le band, pour avoir un bon équilibre», confesse Cowbella. Creature a connu plusieurs bassistes différentes durant la dernière année, mais c’est finalement en Meli Mae qu’il a trouvé la perle rare, cet hiver. La jeune fille réussit apparemment bien à prendre sa place sur une scène hautement mouvementée. Cowbella pouffe de rire en racontant aussi que le guitariste Kim Ho «est un vrai ninja qui risque sa vie à chaque show en grimpant sur n’importe quoi. On pense toujours qu’il va finir par tomber. Le public adore ses performances toujours surprenantes!»

Place aux nouveautés

Creature réserve également, à Québec, un honneur tout particulier. Cowbella annonce que «c’est devant le public du Cercle que seront interprétées pour la toute première fois quatre nouvelles pièces qui apparaitront sur le prochain album». La première partie du spectacle sera assurée par Woodhands, décrit par Cowbella comme «un duo dance avec beaucoup de texture et une énergie très spéciale sur scène.» À voir absolument sur les planches du Cercle, le mercredi 18 février prochain.