Ceux qui pensent que la scène jazz à Québec s’essouffle, détrompez-vous. Nos salles de spectacle accueilleront prochainement une pléthore d’artistes émérites et de l’avant-garde, comme c’est notamment le cas pour le fabuleux San Francisco Jazz Collective. Cet évènement unique et miraculeux, qui aura lieu le 28 février prochain au Palais Montcalm, arrive à temps, puisque Québec s’échine depuis quelques années à regagner sa place sur la scène mondiale de jazz, celle qu’elle détenait avant l’arrivée du ô combien prestigieux Festival de jazz de Montréal. Avec le succès de la deuxième édition du Festival de jazz à Québec, l’année dernière, les musiciens d’ailleurs et d’ici ont désormais su qu’une autre ville pleine de potentiel pouvait les accueillir avec brio. Ainsi, quelques sommités du jazz telles que Oregon, Joey DeFrancesco Quartet, Tierney Sutton Band et Oliver Jones Trio sont venus à Québec en 2008 émoustiller les oreilles des érudits d’antan et celles des curieux d’aujourd’hui.

Le septuor que forme le San Francisco Jazz détient dans ses rangs le prolifique saxophoniste ténor Joe Lovano, qui en assure également la direction, et le portoricain Miguel Zenón au saxophone alto et à la flûte. Le tout, complété d’une des meilleures sections rythmiques de jazz grâce au vétéran Éric Harland, à la batterie, et l’irréprochable Matt Penman, à la basse. Au piano, avec une touche post-bop, la canadienne Renee Rosnes demeure l’une des meilleures pianistes féminines du circuit. Finalement, l’insondable Robin Eubanks, qui s’assure du trombone, et l’indomptable Dave Douglas, à la trompette, viennent compléter ce quasi all-stars.

Tous au sommet de leurs instruments et de leurs carrières solos, les membres du SF Jazz Collective viennent nous présenter un spectacle-concept ayant pour pierre angulaire l’œuvre du célèbre pianiste américain d’hard bop et de jazz modal, McCoy Tyner. Ce dernier fut connu pour sa participation avec le légendaire John Coltrane de 1960 à 1965, et à son travail de sideman dans plusieurs formations dont celles de Freddy Hubbard. Ce collectif a pour originalité de renouveller son répertoire chaque année.

Le mot «jazz» vous effraie? N’ayez crainte! Cet évènement est sans contredit davantage accessible que le free-jazz ou le jazz-fusion, car les musiciens adoptent un style beaucoup plus propre, empli de lyrisme et de profondeur, caractéristique du mouvement bop et hard bop des années 50 à 60. Surtout qu’avec le prix jeunesse du Palais Montcalm, l’occasion de renouer ou de nouer des liens avec une musique extraordinaire ne sera jamais aussi économique pour vous.