C’est une Catherine Major plutôt claquée mais rayonnante qu’a rencontrée Impact Campus mardi matin, à la galerie d’art du Grand Théâtre. «Je reviens tout juste d’un séjour de trois semaines en France pour y donner quelques concerts. J’adore l’ambiance européenne», confie la principale intéressée. On ne fera pas les égoïstes, un tel talent a le devoir d’être répandu. On pourra entendre ses compositions musicales, agrémentées principalement de la plume d’Éric Valiquette, aux quatre coins de la province, et ce, jusqu’en avril prochain. Et c’est le 23 octobre au Grand Théâtre de Québec que la belle visitera la Vieille-Capitale, elle qui est constamment sollicitée pour de nouveaux projets. «De Diane Dufresne à Éric Lapointe, des gens de genres différents m’ont approchée pour participer à leurs projets. Ça me fait plaisir, je suis éclectique», lance-t-elle.

Après Par dessus bord, en 2004, et Rose sang, en 2008, pas question cette fois pour Catherine Major de se permettre un écart de quatre ans avant la sortie du prochain album. «La musique fait partie de moi à part entière, confie-t-elle. Je ne me serais pas vue faire autre chose de ma vie. J’exprime cette passion avec tant de sincérité et de justesse!» Une belle esquive à la monotonie, c’est aussi ça la musicalité de Catherine Major.