À première vue, le bilan impressionne. «Quand tu commences à faire de la musique dans ton sous-sol, tu ne penses jamais en faire une carrière», se remémore Francis Frenette, leader de la formation. «Mais aujourd’hui, je sais que je ne ferais rien d’autre, je suis convaincu que c’est ce que je veux faire toute ma vie.»

L’agenda de The Spleen a de quoi donner confiance à ses membres. Effectivement, non seulement le groupe effectuera-t-il sa grande rentrée montréalaise à la fin mars, mais il vient de signer avec Feldman, la plus grosse agence de booking au Canada, qui détient dans ses filets des artistes tels qu’Avril Lavigne, Simple Plan, Our Lady Peace et Nelly Furtado. Cette collaboration amènera les musiciens à Toronto à la mi-mars pour le Canadian Music Week, où se produiront entre autres Bloc Party, Malajube et Radio Radio. Un événement parfait pour créer de nouveaux contacts au Canada et à l’étranger. «Avec eux [Feldman], on est sorti plus vite de Québec qu’on le croyait», se réjouit le chanteur.

Reste que malgré toutes ces bonnes nouvelles, le groupe garde la tête froide. «On y va lentement, on n’est pas un buzz qui va s’éteindre vite», maintient Francis Frenette. «On gagne notre public petit à petit, on voit à chaque spectacle de nouveaux visages, et ça va toujours en montant.» La performance sur scène n’échappe pas à cette perspective d’ascension. «On veut mener le show une coche au-dessus. Je vais jouer du piano, ce que je ne faisais pas avant, on a des projections, un soundman qui nous suit partout, on veut vraiment avoir une belle mise en scène», avance le jeune diplômé en communication publique de l’Université Laval.

Une manière de remercier le public, surtout celui de Québec, qui les suit depuis le tout début de l’aventure «spleeneste». Le spectacle du groupe au Théâtre Petit Champlain, le
27 février se donne encore une fois à guichets fermés. The Spleen sera de retour dans la capitale le 8 mai. lors d’un spectacle bénéfice au profit de Leucan. Dépêchez-vous!