D’entrée de jeu, M-A, le manieur de baguettes du groupe, prévient : «Ça [le Show de la rentrée] va être un gros party  ! On a hâte au boutte d’être au show ! Québec, c’est une ville tripante et en plus, on va partager la scène avec les Dales [Hawerchuck], ça faisait longtemps. On est très excités».

Depuis la sortie de Corpo-Trash Vidange en 2006, le duo, qui sonne comme un quatuor complet, a totalement submergé la scène rock québécoise, à la plus grande surprise du groupe lui-même. «On est sincèrement heureux, avance M-A. On n’avait aucune attente [par rapport à l’accueil du public] car on fait de la musique underground. Le plus important pour nous, c’était de triper lors de la création. Mais de voir que le public a embarqué, et aussi avoir partagé la scène avec des grands noms [Galaxy 500, Les Dales Hawerchuck], c’était une expérience vraiment spéciale».

La déferlante Band de Garage a créé, malgré le caractère non-commercial du groupe, une attente de la part du public pour Cassette II. Mais M-A essaie de ne pas se mettre de pression : «Il y a une certaine inquiétude, enfin on est plutôt intrigués de savoir ce qu’ils [les amateurs de Band de Garage] vont penser de l’album. Personnellement, on est super contents du résultat, et je pars du principe que tu dois avant tout être fier de ce que tu fais.»

Selon M-A, cette nouvelle galette marque une évolution dans les textes du groupe, reconnu pour son traitement de sujets plutôt légers et drôles. «On aborde moins de sujets rigolos, on a évolués en deux ans et ça se ressent dans notre musique et nos paroles, explique-t-il. Les textes sont plus terre à terre et à l’image des expériences qu’on a vécu ces deux dernières années. On parle moins de virages de brosses, par exemple».

Mais le batteur se veut rassurant sur le son du groupe. «Ça sonne toujours aussi sale et fort, ça demeure rock en configuration guitare – drum. On a essayé de rajouter des instruments, mais vu qu’on joue déjà très fort, ce n’était pas possible», dit-il, en riant.

Préparez-vous à vous faire emporter par la tempête sonore de Band de Garage. M-A conclut en prévenant que «si on joue fort de même, c’est qu’on n’aime pas quand les gens parlent pendant les shows. Donc notre objectif, c’est de jouer assez fort pour que personne ne puisse jaser».